Charles Giguère a surpris ses camarades de classe avec deux dessins les mettant en vedette à la fin des classes.
Charles Giguère a surpris ses camarades de classe avec deux dessins les mettant en vedette à la fin des classes.

Il dessine ses camarades de classe

Trois-Rivières — C’est toute une surprise qui attendait les finissants de l’école primaire les Terrasses de Trois-Rivières récemment, lors de leur ultime journée scolaire. En effet, ce sont deux illustrations grand format les mettant en vedette qu’ils ont pu voir devant un tapis rouge afin de souligner leur départ. Cette surprise ne venait toutefois pas de la direction de l’établissement, mais elle était plutôt l’œuvre d’un finissant lui-même.

Charles Giguère, c’est ce jeune homme créatif de 11 ans à qui l’on doit ces œuvres.

«Avant le confinement, j’étais avec mes amis dans l’autobus et j’ai eu cette idée de faire des dessins des deux classes pour que tout le monde puisse voir mon talent. Mais avec le confinement, ma mère m’a proposé de les présenter à la petite célébration et je trouvais que c’était une bonne idée. Elle les a fait imprimer et après, on les a amenés à l’événement», avoue-t-il humblement.

L’un des dessins des finissants de l’école primaire les Terrasses.

Ce petit geste de la part d’un camarade de classe n’est pas passé inaperçu en cette fin d’année très spéciale pour tous.

«Les jeunes étaient super fiers et ils étaient vraiment contents du résultat. Ils ont tous félicité Charles qui était lui aussi très heureux de ça», souligne sa mère, Andréanne Allard.

Les élèves de sixième année ont ainsi eu l’occasion de trouver leur portrait parmi tous les finissants regroupés sur deux affiches. Une tâche qui s’est avérée être beaucoup plus facile que prévu pour les finissants et leurs parents en raison du réalisme des dessins réalisés par Charles.

Charles Giguère a confectionné une collection de BD il y a quelques années.

«Ce qu’on a remarqué au petit événement de fin d’année, c’est que les élèves se reconnaissaient très facilement. Charles a vraiment réussi à aller chercher les petits détails de chacun», explique Andréanne Allard.

«Tout le monde disait qu’il y avait une grande ressemblance avec eux et me trouvait super bon d’avoir fait ça. J’étais très fier», a quant à lui avoué le jeune homme.

Mais ce n’est pas tout, les dessins de Charles se sont également retrouvés dans l’album des finissants afin de laisser un souvenir tangible à tous les élèves.

Une oeuvre originale du jeune garçon.

Mais un tel projet ne s’effectue pas en criant ciseau. Pour Charles, près de deux mois de travail ont été nécessaires afin de réaliser les deux oeuvres.

«Charles a dessiné tout le monde de façon individuelle, ensuite il prenait chaque dessin en photo avec le téléphone et finalement, il découpait l’image à l’ordinateur et il les bougeait pour faire le montage. Il a recommencé plusieurs fois pour être satisfait. Rien n’était laissé au hasard», précise sa mère.

Un créatif dans l’âme

Cette créativité n’est toutefois pas soudaine pour Charles qui a l’habitude d’avoir de nombreux projets créatifs en tête depuis sa plus tendre enfance.

Le second dessin des finissants de l’école primaire les Terrasses.

«Charles est presque né avec un crayon dans les mains», illustre sa mère. «Depuis qu’il est tout petit, il dessine énormément et il explore beaucoup de médiums artistiques et pas seulement le dessin. Il est vraiment autodidacte. En maternelle par exemple, il avait décidé de créer lui-même 200 livres dans le cadre d’un projet scolaire. Dernièrement, il a également commencé à faire des courts métrages et du tournage en stop-motion avec de la plasticine, puis avec des blocs LEGO.»

En quelques jours à peine, le premier stop-motion de Charles Giguère a d’ailleurs été vu plus de 1000 fois. Il est possible de visionner le plus récent stop-motion Entre voisin - Stop Motion / LEGO de Charles sur YouTube.

Il n’est donc pas surprenant d’apprendre que le jeune homme souhaite devenir producteur plus tard.

Lorsqu’il était en maternelle, Charles a créé en totalité une collection de 200 livres.

«Je veux devenir un producteur de films. Ma concentration au secondaire en Arts et Multimédia va me permettre de pratiquer ça», explique-t-il.

Ce n’est d’ailleurs pas la pandémie qui a su arrêter la créativité de Charles, bien au contraire. «Le confinement lui a apporté beaucoup de créativité. En plus des dessins, il a notamment fabriqué avec mon conjoint des planches de skateboard. C’est beaucoup de fierté pour une maman.»

À VOIR: vidéo sur lenouvelliste.ca et sur nos applications mobiles