Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay est entouré des membres de la famille de Gaston Hamel, Louise Hamel, Jean Hamel, Johanne Hamel et Claude Hamel.

Hommage au Latuquois aux mille projets: l’aérogare de La Tuque portera le nom de Gaston Hamel

La Tuque — L’aérogare de La Tuque portera désormais le nom de Gaston Hamel en hommage à la mémoire de ce Latuquois qui est décédé en juin 2018. La municipalité voulait s’assurer d’honorer sa mémoire et reconnaître l’apport important de cet homme à la communauté.

«Mon père, qui avait tant à coeur l’histoire de sa ville pourra désormais en faire partie. […] Cette ville lui est chère parce qu’il est né ici, il a grandi ici, il a élevé sa famille ici et il a fait toute sa carrière ici. Il y a consacré temps, énergie et idées novatrices pour que la ville se développe sans relâche au point de vue social, économique, culturel, artistique et communautaire», a lancé Louise Hamel, fille de Gaston Hamel et porte-parole de la famille.

Une cérémonie a eu lieu vendredi pour rebaptiser le lieu. Des dizaines de personnes étaient présentes.

Homme d’exception

Gaston Hamel est né à La Tuque en 1936. Il a toujours été impliqué au cœur de multiples projets de développement pour sa communauté. Il a été journaliste correspondant pour les quotidiens Le Soleil et Le Nouvelliste, directeur du centre d’emploi du Canada, pilote d’avion, chef de plusieurs entreprises, auteur littéraire, commissaire industriel et conseiller municipal.

Il a aussi fait beaucoup de bénévolat, notamment au sein d’organismes venant en aide aux personnes handicapées.

Gaston Hamel était également un homme aux multiples talents, il a joué de la flûte traversière au sein de l’Harmonie de La Tuque et joint sa voix à deux chorales de la municipalité.

La municipalité souligne que durant toute sa vie, il a fait preuve d’initiative et de leadership. Son dévouement lui a permis de faire progresser des causes qui lui tenaient à cœur: le développement de l’aéroport, la création d’emplois, le service aux citoyens, la formation au travail, le développement touristique, le maillage avec la communauté atikamekw, l’intégration des personnes vivant avec un handicap, le bien-être des aînés, l’entrepreneuriat, la communication, etc.

Détenteur d’un brevet de pilote, il est l’un des trois membres fondateurs de l’entreprise Air BGM qui a longtemps offert des services à l’aéroport de La Tuque.

«C’est à lui que les Latuquois doivent le fait de pouvoir bénéficier du transport ferroviaire de passagers le jour depuis 1994, car avant son intervention à ce sujet, le train de passagers voyageait de nuit à La Tuque.»

Gaston Hamel a été récipiendaire de nombreux prix au cours de sa vie. En 2014, la Chambre de commerce lui avait remis le prix Distinction pour «avoir marqué profondément le milieu des affaires pendant de nombreuses années». Il est aussi récipiendaire de la médaille du lieutenant-gouverneur du Québec pour les aînés. Il a été conseiller municipal à la Ville de La Tuque de 1997 à 2005.

«Dès que nous avons pris connaissance du décès de M. Gaston Hamel l’an dernier, le conseil municipal a manifesté le désir de lui rendre hommage. En collaboration avec la famille, nous avons convenu que le bâtiment de l’aérogare, qui est situé à l’aéroport de La Tuque, est l’endroit idéal pour lui rendre hommage, puisque c’était un pilote et un grand passionné d’aviation. […] Il a consacré plus de 60 ans de sa vie au développement de sa communauté et il a marqué l’histoire de notre ville à sa façon, c’est pourquoi nous avons décidé de nommer l’aérogare à son nom», a commenté Pierre-David Tremblay, maire de La Tuque.

Des rénovations auront lieu bientôt à l’aérogare et le nom de Gaston Hamel fera son apparition sur le bâtiment. À l’intérieur, on a aménagé une plaque commémorative et un espace qui contient des photos, des articles de journaux, des prix qu’il a reçus.

«On a décidé de faire refléter son nom dans quelque chose qu’on veut continuer de bien travailler. On sait que l’aéroport est important, c’est un joyau», a souligné Pierre-David Tremblay.

Le maire de La Tuque n’a pas manqué de passer ses messages pour le futur de l’aéroport.

«Si les gouvernements sont généreux, autant provinciaux que fédéraux, on aurait besoin d’une couche d’asphalte sur le tarmac. Ça ferait du bien.»

«Je ne cacherai pas que je rêve aussi d’une petite école (de pilotage)», a-t-il conclu.