Au printemps 2016, Daniel Tremblay, président de l'Association de hockey mineur de Saint-Boniface et Luc Dostaler, maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, signaient une entente d'un an, qui a été reconduite tacitement pour la saison 2017-2018.

Hockey mineur à Mont-Carmel: encore le luxe du choix

Une fois de plus en 2017-2018, les parents de Notre-Dame-du-Mont-Carmel ont pu choisir à quelle association de hockey mineur ils souhaitaient envoyer leurs enfants pour la prochaine saison. La mesure exceptionnelle de l'an dernier est donc prolongée, mais ce privilège tire visiblement à sa fin.
Dans la foulée des négociations sur les services supralocaux de Shawinigan en 2016, le conseil municipal de Notre-Dame-du-Mont-Carmel avait signé une entente avec l'Association de hockey mineur de Saint-Boniface, qui acceptait d'accueillir ces enfants sans frais supplémentaires.
Shawinigan promettait de hausser ses tarifs pour les non-résidents si elle n'en venait pas à une entente avec les municipalités avoisinantes pour l'utilisation de ses infrastructures de culture et de loisirs.
Au moment des inscriptions, des parents de Notre-Dame-du-Mont-Carmel s'étaient toutefois regroupés pour contester cette décision. Ils estimaient avoir beaucoup plus d'affinité avec le hockey mineur de Shawinigan et acceptaient de continuer à payer la surtaxe de 400 $ par enfant. Devant le tollé, Hockey Mauricie avait accepté de laisser le choix aux parents. Ces derniers pouvaient inscrire leurs enfants à Shawinigan ou à Saint-Boniface pour la saison 2016-2017.
Cette politique a été maintenue en 2017-2018. Pour le moment, les deux organisations de hockey mineur n'ont pas senti de grandes variations dans leurs inscriptions par rapport à l'an dernier, même si la surtaxe pour jouer à Shawinigan est passée de 400 $ à 800 $. 
Concrètement, le parent de Notre-Dame-du-Mont-Carmel qui inscrit son enfant à Shawinigan doit payer des frais d'inscription de 235 $, plus des frais de non-résidents de 800 $. Une facture de 1035 $, à laquelle il faut soustraire une contribution municipale de 200 $. La dépense nette s'établit donc à 835 $.
Si le même parent envoie son jeune à Saint-Boniface, les frais d'inscription sont limités à 425 $. Au net, les parents ne payent toutefois que 375 $ par enfant, la différence de 50 $ étant assumée par la Municipalité. Cette contribution supplémentaire est décrite comme des frais de soutien aux infrastructures, imposés à tous les parents, y compris ceux de Saint-Boniface. 
À noter que ces frais s'appliquent à partir de la catégorie atome. Pour les plus jeunes, l'inscription et la surtaxe sont moins onéreuses.
De plus, cet hiver, un irritant sera éliminé puisque le lien inter-rive du barrage de La Gabelle pourra être emprunté à nouveau après les travaux de réfection, évitant aux parents de faire un détour par Shawinigan.
«Tout le monde est satisfait du dénouement», résume Luc Dostaler, maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel. «Nous sommes très heureux que les associations de hockey mineur ouvrent encore cette porte pour permettre un choix économique aux parents. Elles le font pour le bien des enfants et selon moi, il faut continuer à agir ainsi. Tout le monde est gagnant de cette façon.»
À l'Association du hockey mineur de Shawinigan-Sud, le président, André Baker, s'attend à ce qu'un nombre comparable de hockeyeurs de Notre-Dame-du-Mont-Carmel s'inscrivent chez lui par rapport à l'an dernier. Une quarantaine de jeunes continueraient donc leur parcours de hockey mineur à Shawinigan, mais avec des frais de non-résidents deux fois plus élevés.
Question de temps
René Leclair, nouveau président de Hockey Mauricie, ne peut pas s'avancer sur l'avenir de cette mesure spéciale pour Notre-Dame-du-Mont-Carmel. Arrivé un peu en catastrophe à la suite du décès d'André Ricard, il apprivoise ce dossier sensible pour le moment. Voilà pourquoi la formule de l'an dernier a été maintenue.
«Les territoires sont encore délimités», commente-t-il. «On est un peu pris entre l'arbre et l'écorce. J'entre en poste, je me familiarise avec tout ça. C'est sûr qu'on planchera sur autre chose l'an prochain. Ce n'est pas le seul secteur où nous avons des problèmes.»
Effectivement, le branle-bas observé à Saint-Narcisse devra être aussi régularisé l'an prochain. 
M. Leclair prévoit donc rencontrer les municipalités concernées au cours des prochains mois afin d'éclaircir la situation. Normalement, les hockeyeurs de Notre-Dame-du-Mont-Carmel devraient jouer à Shawinigan, mais une vingtaine de parents préfèrent les coûts d'inscription de Saint-Boniface. Même situation à Saint-Narcisse, où les enfants jouaient à Saint-Georges depuis de nombreuses années avant de s'inscrire à Saint-Tite en 2017-2018.
«Nos territoires sont délimités et on aimerait bien qu'ils soient respectés», glisse le président de Hockey Mauricie. «On trouve que, dans l'ensemble, chaque territoire avait son sens.»
L'impact du hockey scolaire
Les responsables du hockey mineur font la moue lorsqu'ils sont invités à commenter l'impact de la surcharge de 800 $ imposée aux résidents de l'extérieur lorsqu'ils envoient leurs enfants dans les arénas de Shawinigan, mais certains identifient un autre facteur, peut-être encore plus important, qui explique les difficultés de recrutement. Le hockey scolaire fait mal et pourtant, la facture ne semble pas effrayer les parents.
À l'Association de hockey mineur de Shawinigan-Sud, le président, André Baker, hésite à déchirer sa chemise en raison des frais de non-résidents de 800 $ imposés cette année. L'impact des nouvelles options de hockey proposées par la Commission scolaire de l'Énergie ne doit pas être négligé non plus, fait-il remarquer.
En effet, l'école Jacques-Plante, de la troisième à la sixième année et l'école secondaire du Rocher, au premier cycle du secondaire, offrent maintenant un programme de hockey élite. 
Ainsi, pas moins de 57 jeunes se sont inscrits à Saint-Georges en 2017-2018, à 2599 $ plus taxes pour l'année. Un montant qui inclut divers frais comme le transport, des vêtements et l'aiguisage de patins, par exemple. À l'école secondaire du Rocher, 17 élèves sont inscrits au volet hockey compétitif, dont la facture s'élève à 2999 $. 
Rappelons que la Commission scolaire de l'Énergie propose aussi une concentration de hockey récréatif à l'école secondaire Val-Mauricie pour les élèves de première et deuxième secondaire depuis 2011-2012. Cette année, 27 jeunes sont inscrits. Pour ce volet, les frais d'inscription sont établis à 350 $.
«Le hockey scolaire coûte des milliers de dollars et on a vu des parents se ruer vers ça», observe M. Baker. «Les gens sont peut-être prêts à payer! On ne sait plus trop sur quel pied danser. On entend dire que le hockey est cher, mais quand on voit les coûts d'un programme comme ça... Je dirais que le hockey scolaire nous fait beaucoup plus mal que la surtaxe de la Ville.»
Un avis que partage Sylvain Gauthier, président de l'Association de hockey mineur de Grand-Mère.
«On doit avoir perdu une trentaine de jeunes chez les pee-wee», précise-t-il. «C'est ce qui nous a fait le plus mal.»