Le président de Hockey Mauricie, René Leclair, se penchera sur le dossier du jeune Yann-Maverick Quitich.

Hockey Mauricie se penche sur le dossier

La Tuque — Le président de Hockey Mauricie prend très au sérieux le dossier impliquant Yann-Maverick Quitich et les propos racistes dont il aurait été la cible, samedi dernier à l’aréna Jean-Guy-Talbot.

René Leclair devait d’ailleurs rencontrer des intervenants, jeudi soir, afin de rassembler les diverses versions de l’événement. «Est-ce que c’est un fléau? Peu importe le sport, on semble être pris avec ça», regrette le président, en faisant allusion au racisme. «Chose certaine, ce dossier ne sera pas tabletté. C’est inacceptable, on ne prône pas ce genre de comportement chez Hockey Mauricie.»

À la tête de l’organisme régional depuis mai 2017, M. Leclair confirme qu’il s’agit du premier cas de racisme qu’il a à traiter dans ses fonctions. «Ça ne veut pas dire que c’est le premier incident toutefois, précise-t-il. Il y a peut-être eu d’autres épisodes qui ont été réglés à l’interne.» Selon les Loups de La Tuque, c’était la troisième fois que l’équipe bantam B devait composer avec ce genre de commentaires cette saison.

Une plainte envoyée à Hockey Québec

L’Association de hockey mineur de La Tuque dénonce les propos qui auraient été dits lors de la rencontre. Le comité latuquois confirme qu’une plainte a été envoyée à Hockey Mauricie et Hockey Québec en lien avec les commentaires racistes.

«C’est inacceptable. On est contre des propos comme ça à 300 %. Il ne faut pas accepter ça, mais on ne doit pas se mettre la tête dans le sable non plus, on est conscient que ça ne changera pas du jour au lendemain», a fait savoir l’Association.

On dénonce également qu’un adulte en position d’autorité puisse tenir des propos racistes lors d’un match de hockey impliquant des jeunes. «Il crie ça devant ses 15 joueurs et il y en a aussi 15 autres devant qui ont entendu. Ça n’a pas sa place. […] Les personnes responsables sur la glace doivent être conscientes du problème», note l’Association.

«Ce que l’on approuve à 100 %, c’est qu’il est inadmissible, intolérable, surtout venant d’un entraîneur, qu’il y ait des propos racistes.»

L’Association espère également que les arbitres séviront sur ce genre de propos s’ils les entendent. «Il est supposé et il se doit d’intervenir. Est-ce qu’il va toujours le faire? Je ne peux pas le dire», note le président de l’organisation, Anthony Quessy.

Ce dernier insiste, on doit dénoncer et sensibiliser encore plus, et ce, même si ça fait des années qu’on le dit. L’Association de hockey mineur de La Tuque pense même qu’on devrait pousser la réflexion plus loin sur le respect.

«Quand l’équipe perd 20 à 0 et que les parents continuent avec leurs flûtes et leurs trompettes dans les estrades, ça n’a pas plus sa place avec des jeunes», souligne le président.

Du côté de l’Association de hockey mineur de Cap-de-la-Madeleine, le président Marc Sévigny attend le dénouement de cette histoire. «J’ai su qu’il y avait eu des altercations, mais ça se limitait à ça. Je n’étais pas présent au match», indique-t-il. «Par contre, je suis sensible à toute cette histoire. Il faut reconnaître qu’il y a souvent de l’animosité entre ces deux équipes au bantam B. Pour avoir discuté avec M. Quessy par le passé, je sais que ç’a déjà brassé à La Tuque. Sinon, on va laisser Hockey Mauricie faire son travail.»