Karine Lampron, directrice adjointe des services de soins ambulatoires de santé primaire et de gestion des maladies chroniques au CIUSSS MCQ.

Hémodialyse: près de 300 personnes en traitement

Shawinigan — Le travail fait en prévention pour contrer l’insuffisance rénale a considérablement réduit les cas d’hémodialyse dans la région, observe Karine Lampron, directrice adjointe des services de soins ambulatoires de santé primaire et gestion des maladies chroniques au CIUSSS MCQ.

Au début des années 2000, une firme externe avait produit une étude régionale sur la perspective des besoins dans ce domaine à moyen terme. En 2006, elle projetait 441 patients en hémodialyse en Mauricie - Centre-du-Québec et 675 en 2011. Or, en 2006, le territoire recensait plutôt 290 patients et 248 en 2011. L’an dernier, ce nombre était passé à 295. Une progression au cours des dernières années, certes, mais un bassin beaucoup moins important que les prévisions. «Tout le travail en amont qui a été fait en prévention a aidé à obtenir de bons résultats», constate Mme Lampron. «Nous avons beaucoup moins d’usagers que ce qui était projeté.»

La plus récente compilation réalisée en juin indique que 40 personnes suivent une dialyse péritonéale à domicile, 6 optent pour l’hémodialyse à domicile et 250 préféraient le traitement en centre hospitalier.

En 2018-2019, le CIUSSS MCQ a accueilli 122 nouveaux patients en hémodialyse, dont seulement 26 se traitent dans le confort de leur foyer. Ce taux de 21 % devra bondir à 40 % en 2025 pour rencontrer les objectifs du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Bien entendu, dans le réseau, une hausse aussi significative de patients qui se traiteraient eux-mêmes à la maison libérerait des ressources en milieu hospitalier.

«Il y a cet avantage, mais nous préférons parler de celui qui va au patient: son autonomie», mentionne Mme Lampron.