Hélène Corneau, directrice générale de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.

Hélène Corneau prendra sa retraite

Trois-Rivières — Après 37 ans dans le domaine de l’éducation et 7 ans à la direction générale de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, Hélène Corneau fermera les livres en même temps que ses élèves, en juin, non pas pour les vacances, mais pour entreprendre sa retraite.

Mme Corneau a annoncé sa décision lors de la dernière séance du Conseil des commissaires. Première femme à occuper ce poste, elle aura été à la barre d’une commission scolaire de plus de 18 000 élèves des secteurs jeunes et adultes et d’un bassin de 2900 employés, une mission qu’elle a pu remplir «en comptant sur une solide équipe de gestionnaires et de son personnel fortement engagé à la réussite des élèves», dit-elle.

Même si elle quitte ses fonctions le 30 juin prochain, elle agira comme conseillère-cadre jusqu’en novembre 2018.

Sous son mandat, la Commission scolaire aura réalisé plusieurs dossiers importants, dont l’ouverture de deux écoles primaires d’éducation internationale, l’ouverture d’une école à vocation sportive, la réorganisation de différents services administratifs dans un objectif d’optimisation des ressources et de réduction des dépenses administratives et la mise en chantier du premier plan d’engagement vers la réussite scolaire.

Le mandat de Mme Corneau a aussi été marqué par le dossier du Centre sportif Alphonse-Desjardins qui avait fait l’objet d’une série de recommandations de la part du vérificateur général du Québec pour en redresser les finances. 

Le budget de la Commission scolaire est toujours affecté par cette affaire, d’ailleurs, comme l’a rappelé récemment le président de la Commission scolaire, Claude Lessard, au cours d’une conférence de presse.

La Commission scolaire poursuit d’ailleurs les anciens gestionnaires du CSAD pour 5,6 millions $ en lien avec cette affaire. En revanche, l’ancien directeur de la Commission scolaire, Michel Morin, poursuit la Commission scolaire pour 1,1 million $ tandis que l’ancien directeur général du CSAD, Jean-François Picard, poursuit à son tour la Commission scolaire pour 765 000 $ pour diffamation.

La Commission scolaire a émis un communiqué de presse, jeudi, faisant l’éloge de Mme Corneau qui a «piloté l’implantation d’un système d’analyse financière plus poussé, a amélioré les processus de gestion et a mis en place un leadership décentralisé où les responsabilités sont partagées avec les établissements. Comme directrice générale, Hélène Corneau a fait preuve d’innovation, d’efficacité et de performance dans un contexte d’importantes compressions budgétaires», souligne la Commission scolaire.