Heidi Levasseur est toujours déterminée à devenir la première femme à franchir à la nage l’océan Atlantique.

Heidi Levasseur n’abandonne pas son rêve de traverser l’Atlantique

TROIS-RIVIÈRES — Heidi Levasseur n’abandonne pas son rêve de devenir la première femme à traverser à la nage l’océan Atlantique, malgré les difficultés à trouver des commanditaires pour cette expédition.

La «Sirène du Québec» compte multiplier ses visites dans divers salons nautiques, des deux côtés de l’océan qu’elle rêve de franchir par elle-même. Sa plus grande préoccupation reste de trouver un bateau capable de faire la traversée et d’héberger l’équipe qui devra la suivre pendant les quatre à six mois qu’elle durera.

«Il y a eu beaucoup d’avancées, soutient-elle. Elles ne sont pas définitives, mais j’ai plusieurs propositions sur la table.»

Après être allée au salon nautique Le Grand Pavois de La Rochelle, à la fin septembre, elle retournera en France, cette fois-ci au Salon nautique de Paris, au début décembre. La nageuse a obtenu de l’organisation de l’événement d’avoir un kiosque à coût fortement réduit pour lui permettre de présenter son projet aux propriétaires de bateaux et aux entreprises qui seront présents.

«Le but de ça, c’est de faire connaître mon projet et de trouver des partenaires, explique Heidi Levasseur. Jusqu’à maintenant, c’est très bien reçu, ça pique la curiosité des gens.

La nageuse répétera cette opération de visibilité au Toronto International Boat Show, en janvier, et au Salon du bateau et des sports nautiques de Montréal, au début février. Comme à Paris, elle aura son propre kiosque, mais gratuitement, cette fois-ci.

Il semblerait par ailleurs qu’après être allée chercher des commanditaires outre-Atlantique, quelques partenaires potentiels au Québec se sont manifestés, ce qui n’était pas le cas il y a encore quelques mois. Mme Levasseur a également commencé à travailler sur un spectacle-bénéfice multidisciplinaire pour amasser des fonds en vue de la traversée, qui pourrait coûter jusqu’à un million $, dont la moitié seulement pour le bateau. Le spectacle serait présenté en Mauricie, après l’hiver. Une partie des fonds amassés pourrait servir à financer d’autres activités promotionnelles et de démarchage.

Heidi Levasseur amorcerait sa traversée au Sénégal et la terminerait au Brésil, un trajet d’environ 3000 km. Elle pense pouvoir nager huit heures par jour, soit sur une distance d’environ 25 km, avec une journée de repos par semaine. Après avoir espéré se lancer à l’eau en décembre 2018, la nageuse vise maintenant décembre 2019.