Après avoir remporté le Rallye Aïcha des Gazelles en 2005, Annie Lapointe va tenter sa chance au Trophée Roses des Andes.

Une Latuquoise à la conquête des grands honneurs

Il y a toujours un nouveau défi pour les personnes qui n'ont pas froid aux yeux et qui se nourrissent d'émotions fortes. Annie Lapointe est l'une d'entre elles. La Latuquoise d'origine tentera, avec sa coéquipière Manon Robinson, de remporter les grands honneurs du premier rallye 100 % féminin en Argentine, le Trophée Roses des Andes.
Annie Lapointe n'en est pas à sa première expérience avec les rallyes. Elle a participé au Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc à deux reprises. En 2005, elle l'a remporté en tant que pilote dans la catégorie 4X4.
«J'avais mis une croix là-dessus. Je l'ai gagné et je ne voulais pas défaire ce que j'avais fait! On ne gagne rien quand on va là, on y va pour le dépassement de soi et pour les honneurs. [...] Manon m'a appelé en mai pour m'informer qu'il y avait une nouvelle course. Elle m'a demandé si j'embarquais. Ça ne m'a pris que 30 secondes pour dire oui. Nous allons être les premières à faire le parcours et c'est extraordinaire», a lancé d'entrée de jeu Annie Lapointe.
Le Trophée Roses des Andes, qui se déroulera du 8 au 14 avril, est une compétition exclusivement réservée aux femmes issue de la tradition des rallyes africains. À bord d'un 4X4, l'objectif est de rallier l'étape du jour à l'aide d'un road-book, d'une carte et d'une boussole, en respectant les différents contrôles de passage. Le classement est basé uniquement sur l'orientation.
«C'est en Argentine que c'est déroulé le prestigieux rallye Dakar. On va aller jouer dans le même terrain de jeu et on va monter jusqu'à 3500 m d'altitude avec nos véhicules», a fait remarquer Mme Lapointe.
La course dure sept jours en terrain sauvage et c'est environ 2000 km que les participantes devront parcourir. Le Trophée comporte plusieurs épreuves d'orientation, de franchissement des dunes, sans oublier la traditionnelle étape marathon où les participantes sont en autonomie totale pendant 48 heures.
Forte de son championnat, Annie Lapointe sait comment s'entraîner physiquement et mentalement pour une telle épreuve. «On s'entraîne. Ça prend un bon cardio. Quand le cardio est là, l'esprit est là aussi. [...] Je visualise beaucoup également, parce que la préparation mentale est importante. Il faut faire le ménage avant de partir et partir l'esprit tranquille», a souligné la participante.
Des connaissances de base en mécanique sont également un avantage important. Ses origines latuquoises et son amour pour le sport motorisé sont donc un atout pour l'équipe. De plus, les deux femmes cumulent l'expérience des rallyes antérieurs.
Il ne manque qu'un peu moins de 2000 $ à l'équipe pour atteindre leur objectif de 30 000 $ pour financer le projet. «Il nous reste encore du temps pour atteindre notre but. Ce qui nous a joué un tour assez considérable, c'est l'euro qui a augmenté», explique la pilote de l'équipage Promutu-elles.
«On aurait pu y aller avec la base, mais quand tu veux gagner, il faut plus que la base. On ne se rend pas là pour une balade, on veut gagner. [...] Si je gagne la rose des Andes, je serais la première à faire un doublé. J'en serais bien fière, mais on ne le dit pas trop fort pour ne pas que ça nous porte malchance», a conclu Annie Lapointe.
Bonne action
L'organisation du Trophée Roses des Andes soutient l'association Enfants du désert qui utilise, entre autres, le cheval comme partenaire thérapeutique auprès des enfants handicapés moteurs, sensoriels ou mentaux. «Nous sommes très fières de dire que notre équipage, parce que ce ne sont pas tous les équipages, donne à un enfant malade. Ça va être notre bonne action pour aider ce pays-là».