Le directeur principal – Approvisionnement stratégique d’Hydro-Québec, Mario Albert, s’est adressé aux membres de la CCIHSM.

«Refaire les ponts» avec Hydro-Québec

La Tuque — La Chambre de commerce et d’industrie du Haut Saint-Maurice (CCIHSM) a reçu les gens d’Hydro-Québec dans le cadre d’un dîner-conférence, lundi. Les dirigeants de la Chambre voulaient «refaire les ponts» entre les membres et la société d’État.

«C’était pour informer nos membres, mais aussi pour rétablir des liens. On entend souvent parler des relations difficiles avec Hydro-Québec. On voulait savoir ce qui se passait à la source. Les gens ont eu de bonnes réponses à leurs questions. […] Le taux de participation n’est vraiment pas celui qu’on escomptait, mais il y a des gens qui auraient eu intérêt à y participer», a lancé d’entrée de jeu la présidente de la CCIHSM, Mélanie Ricard.

C’est le directeur principal – Approvisionnement stratégique, Mario Albert, qui s’est adressé à la trentaine de personnes qui s’était déplacé. Il a expliqué la vision, les orientations, le contexte commercial, l’importance des prérequis, les restrictions et règlements pour les appels d’offres, les outils et la section du site web destinés aux fournisseurs et aussi la nouvelle approche d’Hydro-Québec.

«Dans la nouvelle façon de faire d’Hydro-Québec dans ses acquisitions, ce n’est pas simplement d’aller en appel d’offres et d’attribuer au plus bas soumissionnaire. Le nouveau processus, c’est de voir en amont qu’est-ce qu’on a besoin au niveau de la chaîne d’approvisionnement en fonction des besoins futurs et de mettre en place des ententes contractuelles. Quand le besoin arrive, on gagne en vélocité. […] C’est simplement une évolution. Les départements d’approvisionnement traditionnels vont réagir à un besoin, un département d’approvisionnement stratégique va agir en amont en fonction du besoin futur. C’est deux philosophies différentes», a expliqué M. Albert.

Ce dernier a également fait savoir qu’une ligne téléphonique serait également mise à la disposition des fournisseurs qui vont avoir besoin d’information à propos de leur appel de proposition ou pour des explications claires sur un contrat qui aurait été refusé.

«On voulait présenter et mieux expliquer les modes d’acquisitions chez Hydro-Québec qui ont évolué au fil des ans», a insisté Élisabeth Gladu, conseillère relations avec le milieu Mauricie et Centre-du-Québec chez Hydro-Québec.

C’était aussi important pour la députée de Laviolette et ministre du Tourisme, Julie Boulet, qu’une rencontre comme celle-là ait lieu en Haute-Mauricie.

«Chaque fois que je fais du bureau à La Tuque, il y a quelqu’un qui a un dossier avec Hydro-Québec. Il y en a de toutes les natures. […] On a demandé à Hydro-Québec de venir ici pour échanger. C’est important qu’ils sachent ce que vous pensiez aussi. Il faut maintenir de bonnes relations», a affirmé Julie Boulet devant les membres de la CCIHSM présents.