L’église Notre-Dame des neiges de Lac-Édouard est située en plein coeur du village de Lac-Édouard.

L'église de Lac-Édouard bientôt vendue?

La Tuque — Une autre église de la région sera vraisemblablement vendue. Des gens de la petite communauté veulent prendre possession de l’église Notre-Dame des neiges de Lac-Édouard. L’Association Quid Novi Lac-Édouard veut en faire un endroit multifonctionnel tout en conservant les célébrations religieuses. Le conseil des marguilliers de la paroisse Saint-Martin-de-Tours a entrepris des négociations dont la dernière rencontre a eu lieu lundi. Les discussions se déroulent bien et on espère finaliser l’entente d’ici le 15 septembre.

«Il y avait une grille d’évaluation dans l’appel de proposition. On a eu deux candidats. Il y avait le prix à considérer bien sûr, mais également un ensemble d’éléments architecturaux qui permettait la continuité du bâtiment. On veut faire en sorte que l’icône de l’église demeure dans le village. On a sélectionné la meilleure proposition et on est en train de discuter avec Quid Novi», a indiqué Remy Beaudoin, marguillier.

Quid Novi a fait une offre d’achat et les discussions ont débuté concernant les modalités. Toutefois, il est encore tôt pour parler d’acte de vente avec le proposeur retenu. Le montant de la transaction serait de 5000 $. Le Conseil des marguilliers avait plusieurs conditions rattachées.

«On a négocié pendant deux heures lundi soir et ç’a très bien été. Ça regarde très bien, mais tant que ce n’est pas fini… Il peut y avoir des éléments qui achoppent. Tout le monde est parti content et satisfait, c’est bon signe. Il faut attacher ça financièrement; si c’était difficile pour nous, le défi est encore là pour eux. Ce sont des bénévoles», a indiqué le prêtre Marc Lahaie.

Ce sont les propriétaires de la Seigneurie du Triton, Annie Tremblay et Nicolas Bernard, qui sont derrière l’association Quid Novi Lac-Édouard dont la mission est de garder des activités de loisirs, sportives, etc. au cœur du village de Lac-Édouard, situé en Haute-Mauricie.

«La rencontre de lundi était surtout pour s’assurer que nos besoins et ceux de l’église soient rencontrés. On veut bien s’entendre, qu’il n’y ait pas d’ambiguïtés et s’assurer que les activités futures pourraient bien cadrer quand même avec la mission de la paroisse», a indiqué Annie Tremblay.

Cette dernière a également noté que l’Association voulait garder une église fonctionnelle au cœur du village.

«Il y a encore des paroissiens qui se rencontrent toutes les semaines. On veut maintenir ces rencontres-là pour le bien de la spiritualité de ces gens-là».

Les promoteurs veulent rendre l’église un peu comme une salle multifonctionnelle, qui peut servir à créer des événements qui pourront servir au maintien du bâtiment. Pour eux, l’église revêt un caractère particulier pour l’histoire du village.

«C’est un bâtiment d’origine, celui qui a le plus d’histoire au village. Quand on regarde les photos et les cartes anciennes, il ne reste plus beaucoup de bâtiments d’origine à part le Sanatorium et quelques maisons. Pour nous c’était important. L’église, dans les villages un peu reculés, était le cœur du village, tout se passait là. La population a aussi un attachement, alors ça rentrait exactement dans notre mission», a conclu Annie Tremblay.