Les frais d’avocat de Normand Beaudoin ont coûté 32 000 $ à la Ville de La Tuque.

Enquête visant Normand Beaudoin: les frais d'avocat dépassent 30 000$

La Tuque — Le litige entourant le manquement de l’ancien maire Normand Beaudoin aux règles d’éthique et de déontologie des élus de la Ville de La Tuque a coûté plus de 30 000 $ en frais à la Municipalité. C’est ce qu’a dévoilé le conseil municipal, mardi, en déposant la décision de la Commission municipale du Québec (CMQ) qui a condamné Normand Beaudoin à rembourser la somme de 51,57 $ à la Ville de La Tuque.

«Je n’ai pas l’intention de m’étendre sur ce sujet-là. Je vais me limiter à vous dire, en toute transparence, que les frais d’avocat s’élèvent à 32 000 $. Je ne vous cacherai pas qu’on va rencontrer monsieur Beaudoin. […] On a mandaté des gens pour discuter de la somme et de la récupération de la somme de 32 000 $», a indiqué le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

Ce dernier a précisé qu’il ne s’agissait pas pour le moment de procédure judiciaire, mais bien d’une rencontre. 

«On n’est pas là, mais il en existe», a lancé le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

La municipalité veut récupérer la somme en totalité. Des représentants ont déjà été désignés pour aller à la rencontre de Normand Beaudoin qui, selon la ville est déjà au courant de la situation.

«On a hâte de mettre le couvert sur la marmite et de passer à autre chose. J’aimerais bien que cette saga-là se termine dans la prochaine minute», a lancé Pierre-David Tremblay.

Rappelons qu’à la suite d’un souper dans un restaurant du Vieux-Montréal en novembre 2016, l’ex-premier magistrat avait réclamé le remboursement d’une somme de 103,13 dollars pour une dépense qui n’était pas liée à l’exercice de ses fonctions. Il a été condamné récemment à rembourser le montant de la facture de la personne qui l’accompagnait.

C’est le conseiller municipal Luc Martel qui avait déposé une plainte visant une conduite dérogatoire de Normand Beaudoin à la Commission municipale du Québec (CMQ). 

«J’inviterais les gens à aller lire la sanction au complet sur le site de la CMQ afin de voir la décision», a lancé le conseiller.

M. Martel s’est fait peu bavard sur le montant de la facture totale assumée par la Ville pour les frais d’avocat.

«On va laisser aller les choses, je ferai mes commentaires plus tard. […] On a essayé de régler le problème à l’interne. Ç’a été une fin de non-recevoir de la personne concernée. S’il avait voulu admettre en partant, on ne serait pas là aujourd’hui. Le fardeau du 32 000 $, c’est la personne qui a menti pendant un an qui doit le porter», a-t-il lancé.