Les propriétaires de la Seigneurie du Triton, Annie Tremblay et Nicolas Bernard, ont reçu l’aide du gouvernement pour la conversion énergétique.

Enfin reliée au réseau électrique

Lac-Édouard — La Seigneurie du Triton a mis ses génératrices alimentées au diesel en veille depuis la mi-janvier. L’établissement historique est désormais branché au réseau électrique. Un changement majeur qui permettra d’annuler presque qu’entièrement les émissions de gaz à effet de serre, mais également de pouvoir mettre à exécution une série de travaux d’amélioration.

«C’est un outil majeur qui va nous permettre d’aller encore plus loin dans l’amélioration de l’offre et des services dans les années futures. On va pouvoir aller de l’avant avec de nombreux projets qui étaient sur les tablettes depuis longtemps parce qu’on était saturé au niveau de l’énergie», a lancé le copropriétaire de la Seigneurie du Triton, Nicolas Bernard.

«On va pouvoir continuer d’être des vendeurs de bonheur dans un endroit chic et rustique», a-t-il ajouté.

Québec a accordé une aide financière de 195 000$ à la Seigneurie du Triton pour le projet de construction d’une ligne électrique à haute tension de 12 kilomètres qui profitera à l’ensemble de ses installations. Le projet total est évalué à 528 000$.

«Ce projet représente une diminution de gaz à effet de serre de 155,6 tonnes d’équivalents de CO2 annuellement, ce qui équivaut à retirer 46 véhicules légers des routes. […] C’est une économie importante pour le budget d’exploitation du Triton, mais en même temps ça devient une entreprise écoresponsable. C’est tout en leur honneur. Ça envoie un bon message aux touristes lorsqu’on se soucie de la qualité de l’environnement», a indiqué Julie Boulet.

Ce n’est pas d’hier que le projet est dans les plans de la Seigneurie du Triton. Depuis 15 ans, les dirigeants rêvaient de ce jour, mais il a fallu du travail et du temps.

«C’est un projet qu’on a évalué et réévalué pendant des années. Ça fait plus de 15 ans qu’on regarde les possibilités d’énergie renouvelable avec un fort potentiel de développement durable […] La réalisation sur le terrain a pris environ trois mois, mais le projet, toutes les recherches avec tous les intervenants, ç’a été complexe. Il a fallu environ trois ans», note M. Bernard. Il faut dire que l’essence qui alimentait les génératrices était transportée par une barge jusqu’à la pourvoirie. Ce projet vient d’éliminer de nombreux risque associé à l’utilisation et au transport du diesel.

Les dirigeants du Triton ont également noté une importante diminution de la nuisance sonore avec l’arrêt des génératrices, si bien qu’on réfléchit déjà à changer certaines habitudes, entre autres, de remplacer les VTT par des véhicules électriques moins bruyants.

La Seigneurie du Triton a également reçu près de 189 000$ de Québec pour leurs initiatives touristiques.

Le projet consiste en l’acquisition d’un ponton de 40 passagers afin d’accroître et d’améliorer le service de navettes offert entre la pourvoirie et le stationnement.

L’offre d’hébergement sera également bonifiée par la construction de trois chalets écoresponsables, l’aménagement de salles de bains privées pour les chambres du Club house et l’ajout de trois chambres dans le pavillon faunique. L’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite sera également améliorée. Les nouvelles constructions permettront au Triton d’offrir des services en hiver, une nouveauté qui était demandée par la clientèle.

«Ce sera mignon et dans l’air du temps, toujours dans l’optique chic et rustique», a conclu la copropriétaire Annie Tremblay.