Christine Jean

Christine Jean quitte la présidence

LA TUQUE — Le Regroupement des centres d’amitié autochtones du Québec (RCAAQ) vient d’annoncer le départ de Christine Jean de la présidence du conseil d’administration, un poste qu’elle assumait depuis 2016. Du même coup, elle tire un trait sur une carrière de 25 ans au Centre d’amitié autochtone de La Tuque où elle était directrice générale.

D’ailleurs, à ce titre, celle-ci aura mené de front plusieurs projets d’envergure, dont le nouveau Centre Sakihikan. La principale intéressée s’apprête à relever de nouveaux défis professionnels, toujours dans la région de La Tuque. Selon ce que Le Nouvelliste a appris, il s’agira d’une fonction de direction générale au sein d’un organisme aussi associé au monde autochtone. Et en entrevue, Mme Jean a fait savoir son intention de rester impliquée dans son milieu.

«Nous offrons nos plus sincères remerciements à Mme Jean pour son engagement et son dévouement exemplaires envers la mission des Centres d’amitié autochtones. Nous lui souhaitons beaucoup de succès dans ses nouvelles fonctions», souligne Tanya Sirois, directrice générale du RCAAQ. Le mandat de Mme Jean prenait fin le 1er octobre 2018.

La vice-présidente, France Robertson, assurera la relève jusqu’à la prochaine assemblée générale annuelle en juin 2019, où le poste sera mis en élection. Impliquée depuis 6 ans dans le Mouvement des Centres d’amitié, Mme Robertson est également directrice générale du Centre d’amitié autochtone de Lanaudière, située à Joliette.

«Christine Jean a fait un travail remarquable au cours de son mandat en léguant un Mouvement fort ancré dans ses valeurs. Je suis très enthousiaste à l’idée de poursuivre les travaux dans la même voie entourée d’une équipe compétente qui assurera la continuité des multiples projets en cours et à venir. Le travail d’équipe est un pivot central pour moi. Je me sens bien entourée pour affronter les défis à venir. Notre collaboration sur le terrain et avec les partenaires, dont le milieu municipal et le nouveau gouvernement en place, sera au cœur de mes actions pour la prochaine année», conclut Mme Robertson.

Depuis sa fondation en 1976, le Regroupement des centres d’amitié autochtones du Québec est l’association provinciale qui regroupe onze Centres d’amitié autochtones dans les villes suivantes : Chibougamau, Joliette, La Tuque, Maniwaki, Montréal, Québec, Roberval, Senneterre, Sept-Îles, Trois‑Rivières et Val-d’Or.

Le Mouvement des Centres d’amitié autochtones représente la plus grande infrastructure de services pour les Autochtones dans les villes au Québec ayant pour mission d’améliorer la qualité de vie des Autochtones en milieu urbain, de promouvoir la culture et de bâtir des ponts entre les peuples.