Mario Tremblay, président de la Coopérative forestière du Haut Saint-Maurice, Gilbert Demers, vice-président pour Résolu, Julie Boulet, députée de Laviolette, Luc Thériault, président de PFM, Herman Martel, président du syndicat, Marco Rouillard, directeur de l’usine, Manon Côté, conseillère municipale, et Pierre-David Tremblay, maire de La Tuque.

3,5 M $ pour la scierie de Rivière-aux-Rats

LA TUQUE — La scierie de Rivière-aux-Rats bénéficiera d’un investissement important de 3,5 millions de dollars. L’argent servira à mettre à jour les installations de l’usine. L’annonce a été faite, lundi, par les dirigeants de Produits Forestiers Mauricie (PFM), une co-entreprise détenue par Produits forestiers Résolu et la coopérative forestière du Haut Saint-Maurice.

«L’annonce d’aujourd’hui de 3,5 M $ consiste à la mise à niveau de la ligne de sciage principale, ce qui représente le remplacement de la technologie de classification des billes et de certains équipements de débitage primaire. L’objectif est de poursuivre l’amélioration de l’utilisation de la fibre déjà amorcée depuis deux ans. C’est un investissement important pour l’avenir de la scierie», a lancé Luc Thériault, président du conseil d’administration de PFM.

Les investissements serviront à intégrer de nouvelles technologies aux procédés de fabrication, d’améliorer la performance opérationnelle et environnementale de l’installation et d’augmenter l’efficacité énergétique. Une partie des activités de l’usine sera suspendue durant quelques semaines pour permettre la mise en place des nouveaux équipements.

«C’est un arrêt temporaire de quelques semaines. Habituellement, on relocalise les travailleurs», a indiqué M. Thériault.

Les dirigeants ont réussi à mettre la main sur un volume de bois supplémentaire de 50 000 m3, par contre pour satisfaire à la demande, il en faudrait 70 000 de plus.

«Il y a toujours de l’espace pour plus. On discute toujours avec le gouvernement», a lancé M. Thériault.

Il s’agit d’un deuxième investissement en moins de 12 mois dans la scierie de La Tuque. Environ 4 millions de dollars ont été injectés en 2017 pour moderniser la classification des bois rabotés avec une technologie de pointe.

«C’est plus de 7,5 millions de dollars qui sont investis dans notre scierie de La Tuque. Ces investissements vont permettre à la scierie de La Tuque d’améliorer sa position dans un environnement hautement concurrentiel. […] Ces investissements confirment notre volonté de continuer à travailler avec les gens de la région. Ensemble nous avons relevé des défis incroyables et nous ne devons pas lâcher», a conclu M. Thériault.

Employés recherchés
La pénurie de main-d’œuvre dans le secteur touche également la scierie. Les dirigeants, par les investissements importants, souhaitent passer le message qu’il y a de beaux défis à relever au sein de l’entreprise. Des dizaines d’emplois sont à combler dans cette usine.

«Le défi est surtout au niveau des professionnels, électriciens, mécaniciens… c’est toujours un enjeu. Au niveau des travailleurs, c’est un gros défi. En région, on a un peu de difficulté à attirer de la main-d’œuvre. On force, on fait des programmes, on regarde avec les immigrants…», a conclu M. Thériault.