Actualités

«On essaie de rester zen»

LA TUQUE — Pour monsieur et madame Tout-le-Monde, 48 heures sans eau est une situation désagréable, mais praticable. Pour les entreprises par contre, la coupure d’eau planifiée par la Ville de La Tuque, les 29 et 30 mai prochain, amène son lot de casse-têtes et nécessite parfois même une fermeture complète. Les commerçants comprennent toutefois la situation, et tentent malgré tout de s’organiser du mieux possible.

«Les indications qu’on a données s’adressent à tout le monde, y compris les commerçants. On répond via Info-service et on fait du cas par cas avec ceux qui ont besoin. […] On suggère aux gens de vérifier avec leurs assurances s’ils ont des recours. Pour notre part, on collabore avec tout le monde qui ont besoin», a lancé Hélène Langlais, directrice des communications de la Ville de La Tuque.

Actualités

Une rencontre positive

LA TUQUE — Les maires de La Tuque, La Bostonnais et de Lac-Édouard se sont rendus à Québec, mardi, afin de rencontrer le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire Martin Coiteux et la députée de Laviolette, Julie Boulet. Le manque à gagner de 1,9 million de dollars et le dépôt du mémoire en décembre dernier étaient à l’ordre du jour.

«On a beaucoup d’échanges constructifs. Ça nous a permis de faire un rappel sur les enjeux indiqués dans le mémoire. […] On a une marge de manœuvre très serrée à La Tuque», a indiqué le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

Actualités

1,6 M $ pour le projet Sakihikan au lac Saint-Louis

LA TUQUE — Les gouvernements du Québec et du Canada ont annoncé officiellement un soutien de plus de 1,6 M$ au Centre d’amitié autochtone de La Tuque (CAALT). L’argent servira au projet Sakihikan qui, espère-t-on, aura d’importantes retombées pour l’industrie touristique régionale, tout en faisant rayonner la culture atikamekw. Les travaux de rénovation de bâtiment vont déjà bon train au lac Saint-Louis.

«Le centre, on le sait, avait bien besoin d’amour. Ces rénovations majeures vont permettre de redonner toute sa splendeur à ce lieu rempli de bons souvenirs. […] C’est une collaboration au désir commun de bien vivre ensemble dans le respect de nos histoires et de nos cultures», a souligné d’entrée de jeu Claudia Petiquay, membre du conseil d’administration du CAALT.

Actualités

L'actualité de la Haute-Mauricie en bref

Splash à Ski La Tuque
Plusieurs skieurs et planchistes se sont amusés au traditionnel Splash, à Ski à La Tuque. Le trou d’eau creusé au pied des pentes du centre municipal de ski a été traversé par plusieurs téméraires, au grand plaisir des spectateurs sur place. Le 1er avril, les skieurs pourront à nouveau tenter l’expérience lors du Splash rigolo à compter de 13 heures.

Actualités

Quel est l’avenir de l’église Saint-Zéphirin?

LA TUQUE— «C’est impensable.» Le maire de La Tuque Pierre-David Tremblay a été très clair, il est inconcevable d’envisager de démolir l’église Saint-Zéphirin, située en plein cœur du centre-ville. La Municipalité souhaite que l’église demeure active, mais aucun argent ne sera investi. Une rencontre concernant l’avenir du bâtiment historique aura lieu le 15 avril.

«On a eu une lettre (du comité sur l’avenir de l’église Saint-Zéphirin) nous demandant trois choses; une étude pour évaluer les coûts de la démolition, créer une corporation légale tripartite entre la ville, la fabrique et les citoyens, et une demande de budget pro forma sur environ dix ans», explique d’entrée de jeu le maire Tremblay.

Actualités

«On va travailler encore plus fort»

La Tuque — La situation de discrimination en matière de logement, dénoncée par Johnny Iseroff dans Le Nouvelliste en début de semaine, a fait réagir. Le grand chef du Conseil de la nation Atikamekw (CNA), Constant Awashish, estime qu’il s’agit d’un exemple désolant parmi tant d’autres qui prouve qu’il y a encore du chemin à faire. Il estime qu’une bonne partie de la solution passe par l’éducation et la sensibilisation.

«On travaille tellement fort, c’est frustrant d’entendre ce genre de situation, mais on se dit qu’on va travailler encore plus fort. La bataille n’est pas finie. Dans l’immédiat, c’est pour les victimes que c’est désolant et triste», a lancé Constant Awashish.

Actualités

Absence d'ambulance à Manawan: une inégalité évidente selon le chef

La Tuque — Le Conseil des Atikamewks de Manawan continue de dénoncer l’absence d’ambulance sur son territoire. De passage à la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec, le chef Jean-Roch Ottawa a même qualifié la situation à du «racisme systémique» envers les premières nations.

«Les Atikamekws de Manawan sont, de toute évidence, victimes de discrimination par les autorités gouvernementales québécoises, particulièrement à l’égard des services préhospitaliers d’urgence. En maintenant cette situation, il en résulte une inégalité pouvant être qualifiée de racisme systémique», a déclaré le chef du Conseil des Atikamekws de Manawan, Jean-Roch Ottawa.

Actualités

Des autochtones victimes de discrimination?

LA TUQUE — «Je ne veux pas de pitié de personne, je veux juste faire réfléchir. Si je dénonce publiquement, c’est pour les autres, je ne veux pas me venger. On veut juste faire allumer les gens.» Johnny Iseroff estime avoir été victime de discrimination raciale alors qu’il tentait de louer une maison à La Tuque. Sa fille a dénoncé la situation sur les réseaux sociaux, et sa publication a suscité de nombreuses réactions qui laissent croire que le problème est encore bien présent «même en 2018».

«C’est décourageant et oui ça arrive encore en 2018, et pas juste à La Tuque. Les préjugés sont encore bien là malheureusement. Ici, quand même, c’est 30 % de la population qui est autochtone. Ce n’est pas encourageant d’entendre des histoires comme ça», a lancé Christine Jean, directrice générale au Centre d’amitié autochtone de La Tuque.

Actualités

Le temps des sucres au Club Odanak

La Tuque — Les cabanes à sucre à moins de 100 kilomètres du centre-ville de La Tuque sont plutôt rares. Le Club Odanak espère rallier les Latuquois amateurs de sirop d’érable avec son projet de cabane à sucre. Après deux années de tests concluants, la pourvoirie située sur les terres ancestrales de la nation atikamekw accueillera ses premiers becs sucrés à la fin du mois.

«C’est un beau projet de cabane à sucre. On a un permis de 800 entailles et on envisage d’augmenter au fil des années. Ça fait de nombreuses années que le Club Odanak détient un permis d’érablière, mais ça n’avait jamais été exploité», a lancé d’entrée de jeu Steve Lacasse, gérant du Club Odanak.

Affaires

Enfin reliée au réseau électrique

Lac-Édouard — La Seigneurie du Triton a mis ses génératrices alimentées au diesel en veille depuis la mi-janvier. L’établissement historique est désormais branché au réseau électrique. Un changement majeur qui permettra d’annuler presque qu’entièrement les émissions de gaz à effet de serre, mais également de pouvoir mettre à exécution une série de travaux d’amélioration.

«C’est un outil majeur qui va nous permettre d’aller encore plus loin dans l’amélioration de l’offre et des services dans les années futures. On va pouvoir aller de l’avant avec de nombreux projets qui étaient sur les tablettes depuis longtemps parce qu’on était saturé au niveau de l’énergie», a lancé le copropriétaire de la Seigneurie du Triton, Nicolas Bernard.