Actualités

Deux circuits latuquois disponibles sur Ondago

La Tuque — Deux circuits latuquois sont maintenant disponibles sur l’application mobile Ondago, l’un historique sur Félix-Leclerc et l’autre comprenant la piste cyclable et les espaces verts. Avec cette nouvelle incursion technologique, la Ville de La Tuque souhaite offrir une meilleure expérience à ses visiteurs, tout en offrant un nouveau service mobile intelligent à ses citoyens.

En téléchargeant l’application gratuite, avec un téléphone intelligent ou une tablette, il est possible de faire les deux circuits à pied, à vélo ou en voiture, ce qui permet de découvrir les différents sites et bâtiments de La Tuque jusqu’à La Bostonnais.

Actualités

Valorisation de la culture atikamekw

Shawinigan — Dans le cadre des célébrations entourant la journée nationale des peuples autochtones, le Camp Minogami présentera un outil pédagogique qui permettra aux jeunes d’apprendre à connaître les histoires atikamekw reliées au territoire. Le 19 juin, on procédera au dévoilement officiel de la carte Nitaskinan produite par un partenariat entre le camp Minogami, le Conseil de la Nation atikamekw et le réseau DIALOG.

Installée sur un mur adjacent à un bâtiment principal de la cafétéria du camp, la carte sera visible pour tous les visiteurs ou campeurs du camp Minogami. Les jeunes qui partent en expédition de canot durant les séjours d’été pourront en apprendre davantage sur l’histoire atikamekw avec un livret de plus de 20 pages, expliquant les toponymes nehiromowin.

Actualités

Le projet de 21 logements n’aura pas lieu

LA TUQUE — L’Office municipal d’habitation (OMH) de Ville de La Tuque a annoncé que le projet de 21 logements qui devait voir le jour sur la rue Réal a dû être abandonné faute de financement.

«Malgré notre bonne volonté, malgré tout le travail qu’on a dû y mettre, on doit maintenant tourner la page», a expliqué le président de l’OMH, Jacques Fraser.

La Tuque privée d'eau

«Actuellement, tout va très bien»

La Tuque — Depuis plus de 24 heures maintenant, les Latuquois sont privés d’eau. Si tout continue de bien aller, l’eau potable devrait couler à nouveau mercredi en soirée dans les 5000 résidences du secteur urbain. Les travaux de remplacement de la conduite d’eau sont en cours depuis mardi.

«Actuellement, tout va très bien. On est dans les délais, et il n’y a aucun retard», a indiqué Hélène Langlais, directrice des communications de la Ville de La Tuque.

Il faut dire que le maire de la municipalité s’était déplacé en soirée lundi pour lui-même fermer l’eau. 

«Je voulais absolument participer à la fermeture de l’eau et en même temps visiter les installations et voir l’état de nos installations […] C’est propre, c’est moderne. C’est très fonctionnel aussi. J’ai été aussi surpris par la qualité des équipes de travail», a indiqué Pierre-David Tremblay.

Selon lui, la météo représente la seule inquiétude qui pourrait retarder les travaux et jusqu’à maintenant, Dame Nature offre son entière collaboration. 

«On ne pouvait pas espérer mieux. La météo est de notre côté. […] Ce que j’ai compris, c’est que les conditions sont idéales pour les travaux», a souligné Pierre-David Tremblay.

Les citoyens se sont visiblement préparés lundi dans la journée. La consommation d’eau a été de 50% plus élevée qu’à l’habitude et a atteint un sommet de 200% entre 22 et 23 heures, possiblement en raison du remplissage des camions-citernes de la ville. Dans la rue, les citoyens prennent la situation avec un grain de sel et dans la bonne humeur. Tous les citoyens rencontrés par Le Nouvelliste estiment que c’est un passage obligé et qu’ils ont bien été informés par la municipalité.

«On était prêt. On a fait nos réserves et on devrait bien s’en sortir. Le manque d’eau nous permet également de prendre conscience de la chance qu’on a d’avoir accès à cette richesse aussi facilement», a lancé un citoyen.

Il n’était pas le seul préparé à faire face à la situation, certains commerçants ont usé d’imagination pour arriver à fonctionner normalement. Chez Pro-Nature à La Tuque, qui offre également des services de restauration, on a utilisé la piscine du voisin pour avoir de l’eau.

«Le voisin m’a offert de mettre l’eau chez nous à partir de sa piscine. Il a installé une pompe et il a fait entrer un boyau chez nous. Ce n’est pas pour la bâtisse au complet, mais seulement pour le restaurant. Ça fonctionne très bien. On s’en sert pour le lave-vaisselle, les toilettes… Pour le café, on prend l’eau en bouteille. Le restaurant fonctionne normalement», a commenté le propriétaire Jean-Guy Gauvin.

Ce voisin s’approvisionne également dans sa piscine, et Le Nouvelliste a été en mesure de voir la pression de l’eau tout à fait normale dans le robinet. 

On s’est même permis une petite brassée de lavage dans cette résidence.

«On a quand même fait une réserve dans le bain en cas de besoin, mais ça fonctionne très bien», a fait savoir la dame.

Dans les épiceries, on était prêts à faire face à cette coupure d’eau et on estime que la situation se déroule très bien jusqu’à présent.

«Ça va très bien, il faut dire que la Ville a fait un excellent travail. On a été très bien renseigné et la population aussi. On a eu beaucoup de soutien. Ici, on s’est organisé pour la salubrité. Nos employés ont été rencontrés et sensibilisés. […] On vent beaucoup d’eau. Les gens ont été prévoyants. Les gens achètent un peu différemment de ce qu’ils font habituellement. On vend beaucoup de mets préparés et actuellement, on se vide à mesure. On avait prévu le coup, on avait triplé le nombre de repas. On va fournir à la demande», a commenté Michel Archambault, propriétaire du Marché Richelieu 424.

Certains citoyens ont remarqué que la piscine municipale était vide alors que les autorités demandaient à tous les propriétaires de piscine de remplir la leur. C’est normal selon le maire.

«C’est simple, la piscine ne permet pas d’accumuler d’eau. C’est de la recirculation d’eau. […] À proximité de là, si on était mal pris, il y a le lac Saint-Louis. On a des points d’eau déjà identifiés. Si vraiment la piscine avait été une nécessité, on n’aurait pas hésité à trouver une façon de l’utiliser, mais ce n’est pas le cas», a expliqué Pierre-David Tremblay.

Ce dernier a également fait remarquer qu’il était assez exceptionnel d’apercevoir l’usine de WestRock sans fumée. 

«C’est très rare. J’ai peut-être vu ça deux fois dans ma vie», a commenté Pierre-David Tremblay.

Un camion-citerne à la rescousse des commerçants

À la demande de la Chambre de commerce et d’industrie du Haut Saint-Maurice, un camion-citerne de 12 000 litres s’est rendu chez les commerçants, qui en avaient fait la demande, afin de remplir les réservoirs tard mardi soir.

Actualités

Un réveil sans eau à La Tuque

LA TUQUE — Les citoyens, touristes, commerçants, travailleurs qui sont dans le secteur urbain de La Tuque doivent maintenant vivre avec une interruption du service d’eau. Une cinquantaine de travailleurs seront à l’œuvre jusqu’à mercredi pour remplacer une canalisation en bois de 44 pouces longue de 600 mètres, vieille de plusieurs dizaines d’années.

«C’est une vieille technologie et c’est peu réparable. De l’extérieur, les anneaux d’acier sont rouillés. C’est encore fonctionnel, mais ça fuit. Le problème, c’est de garder l’intégrité. Le tuyau de bois, on ne sait pas combien de temps il peut durer. Il peut faire une semaine, un an, trois ans, on ne sait pas. La diligence raisonnable fait en sorte qu’on fait une intervention actuellement», a lancé André Bérubé, directeur de l’ingénierie WestRock.

Actualités

Nouveaux adeptes en formation en Haute-Mauricie

LA TUQUE — La Zec Kiskissink a été sélectionnée pour accueillir 50 jeunes pour une journée d’initiation à la pêche dans le cadre d’activités du programme Pêche en herbe. Cette journée, initiée par la Fondation de la faune du Québec pour favoriser la relève à la pêche, aura lieu le samedi 9 juin au lac Glory.

«C’est grâce à la qualité des activités présentées aux jeunes et à l’engagement d’organismes comme Zec Kiskissink que nous pouvons chaque année atteindre nos objectifs de recrutement de nouveaux adeptes de la pêche», a lancé André Martin, président-directeur général de la Fondation de la faune du Québec.

Affaires

500 000 heures sans blessure

LA TUQUE — Produits Forestiers Résolu va remettre un chèque de 10 000 $ à des organismes latuquois. Un geste qui vient souligner la performance en santé et sécurité des employés de la scierie de La Tuque qui ont atteint pour la première fois la barre des 500 000 heures, soit plus de trois ans, de travail sans blessure enregistrable.

«Pour nous, la sécurité représente la base de l’excellence opérationnelle. Une excellence à laquelle participe toute l’équipe de la scierie de La Tuque. Je suis très fier de cette équipe et de ce résultat qu’elle a atteint. Nous croyons fermement que la création d’un milieu de travail sans blessure, c’est l’affaire de tous. Nous respectons des normes de classe mondiale et mettons tout en œuvre pour nous améliorer continuellement et mesurer nos résultats et nos efforts en matière de sécurité», a lancé Marco Rouillard, directeur général de la scierie.

Affaires

3,5 M $ pour la scierie de Rivière-aux-Rats

LA TUQUE — La scierie de Rivière-aux-Rats bénéficiera d’un investissement important de 3,5 millions de dollars. L’argent servira à mettre à jour les installations de l’usine. L’annonce a été faite, lundi, par les dirigeants de Produits Forestiers Mauricie (PFM), une co-entreprise détenue par Produits forestiers Résolu et la coopérative forestière du Haut Saint-Maurice.

«L’annonce d’aujourd’hui de 3,5 M $ consiste à la mise à niveau de la ligne de sciage principale, ce qui représente le remplacement de la technologie de classification des billes et de certains équipements de débitage primaire. L’objectif est de poursuivre l’amélioration de l’utilisation de la fibre déjà amorcée depuis deux ans. C’est un investissement important pour l’avenir de la scierie», a lancé Luc Thériault, président du conseil d’administration de PFM.

Actualités

La Tuque prête pour deux jours sans eau

LA TUQUE — Dans moins de 24 heures, plus de 5000 résidences seront privées d’eau dans le secteur urbain de La Tuque en raison des travaux réalisés sur le tuyau principal d’alimentation. La ville assure que tout est en place pour que l’opération se déroule bien.

«La Ville est prête. On a un comité qui travaille depuis plusieurs semaines sur ce dossier-là. On a regardé tous les aspects. Au niveau de la population en général, le message est très bien passé. On a fait énormément de sensibilisation. Les gens ont été informés et ils vont se prendre en charge pour un maximum de 48 heures […] Je pense que les gens l’acceptent bien», a lancé d’entrée de jeu le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

Actualités

48 heures sans eau à La Tuque: le CIUSSS est prêt

LA TUQUE — À moins d’une semaine de la coupure d’eau de 48 heures prévues à La Tuque, le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec s’est dit prêt à toutes éventualités. Des mesures ont été prises pour avoir de l’eau potable en quantité suffisante et pour assurer la sécurité de la population. La Ville de La Tuque a quant à elle émis des directives supplémentaires.

«Ça fait plusieurs semaines qu’on est en préparation active pour arrimer tous les détails pour qu’il y ait le moins d’impacts possible sur nos usagers. On a établi un plan de contingence avec la collaboration des gestionnaires, les gens de l’équipe technique à La Tuque, la Santé publique, l’équipe de la prévention au contrôle des infections…», a lancé d’entrée de jeu Édith Bérubé, coordonnatrice des services administratif et technique dans l’établissement du Haut Saint-Maurice.