Yves Perron, député de Berthier-Maskinongé.

Hausse du prix du propane: une autre tuile s’abat sur les agriculteurs

Trois-Rivières — Les calamités ne cessent de s’abattre sur les agriculteurs. Après un printemps froid et pluvieux, la tempête automnale, l’arrivée hâtive de l’hiver et la grève du CN, voilà que le retour du propane s’accompagne d’une hausse de prix substantielle qui risque de venir manger ce qui restait de la marge de profit des producteurs. Une situation dénoncée par Yves Perron, député bloquiste de Berthier-Maskinongé.

«Je trouve que c’est assez pour les agriculteurs. Ça n’a pas de sens.»

Selon M. Perron, le prix du propane est passé d’environ 38 cents/litre à 54 cents/litre en deux augmentations en Mauricie. L’une avant la grève et l’autre à la reprise du service. «Ils doivent aller dans les champs maintenant. Alors quand ils se font dire, ça va descendre [le prix du propane] dans deux, trois semaines, eh bien, ils ne peuvent pas attendre dans deux, trois semaines», fait valoir M. Perron.

Ce dernier estime que cette hausse n’est pas justifiable. «Je ne pense pas qu’il manque de propane. Le propane dort sur les rails, ça fait huit jours.»

Il croit que le gouvernement libéral devrait intervenir dans ce dossier. «Le gouvernement pourrait d’abord poser des questions, se faire expliquer ces hausses de prix, et peut-être faire des pressions pour que ce soit limité ou rediminué.»

Rappelons que les agriculteurs ont notamment besoin du propane pour faire sécher leurs grains. «Les agriculteurs nous disent que ça n’a pas de bon sens. Ils sont découragés, déplore M. Perron. Ce qu’ils m’expliquent, c’est que la petite marge de profit qui restait, elle est en train de partir.»