Alain Gravel, directeur du service des finances; Michel Angers, maire de Shawinigan et Gaétan Béchard, directeur général, lors de la conférence d’information sur le dépôt du budget 2018 et du PTI 2018-2020, lundi après-midi à l’hôtel de ville de Shawinigan.

Hausse du compte de taxes moyen de 1,9 %

Shawinigan — Les propriétaires résidentiels de Shawinigan devront jongler avec une hausse de leur compte de taxes un peu plus élevée qu’à pareille date l’an dernier. Le conseil municipal a adopté son budget de l’exercice financier 2018 en fin d’après-midi lundi et en moyenne, les contribuables devront s’attendre à une augmentation de leur fardeau fiscal de 1,9 %.

«Notre objectif était clair, c’était de réduire les dépenses», lance le maire, Michel Angers. «J’ai l’impression de me répéter depuis quatre ans. Notre objectif est de jouer ça serré. Cette année, nous avions l’objectif particulier de se dégager une marge de manœuvre pour absorber au maximum la tarification de l’eau potable.»

En effet, pour la première fois depuis 2013, la Ville doit hausser ce tarif en raison des investissements qui sont réalisés pour la mise aux normes du réseau d’approvisionnement. La taxe d’eau passera ainsi de 98 $ à 114 $ en 2018. La Ville ajoute également un nouveau tarif de 8 $ lié au remboursement de la dette pour l’aménagement de ces infrastructures. Rappelons qu’il s’agit d’un projet de 64 millions $, le plus important de l’histoire de Shawinigan.

Le conseil municipal a choisi d’y aller par étapes pour augmenter la tarification d’eau potable. M. Angers ne nie pas qu’à terme, elle se situera à au moins 200 $, un montant comparable aux municipalités environnantes.

À ces deux changements de tarification s’ajoute celui touchant la collecte des ordures ménagères, qui passera de 98 $ à 103 $. Une hausse qui reflète simplement les coûts à la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie, glisse le maire. Les tarifs pour les égouts, la collecte sélective et le contrôle des insectes piqueurs demeureront inchangés.

L’ensemble de la tarification augmentera ainsi de 8,1 % en 2018. Par contre, les élus ont réalisé un autre exercice de compression notable des dépenses, pour ainsi limiter l’augmentation de la taxation à seulement 0,85 %. Le taux de taxe foncière passera ainsi de 1,3948 $ à 1,4074 $ par tranche de 100 $ d’évaluation, une hausse de 0,9 %. La taxe pour le transport en commun diminuera légèrement, tandis qu’en moyenne, la taxe pour le service de la dette demeurera inchangée. 

Au bout du compte, pour une maison moyenne évaluée à 146 365 $ desservie par les réseaux d’aqueduc et d’égout, le compte de taxes municipales passera à 2503,68 $ en 2018, une hausse de 46,85 $ par rapport à l’an dernier. Étrangement, M. Angers n’a jamais voulu parler d’une augmentation moyenne de 1,9 % lors de la conférence d’information précédant l’adoption du budget, préférant insister sur le faible sursaut de 0,85 % du volet taxation.

«On prend la peine de séparer les deux pour que les gens soient capables de voir une bonne progression du taux de taxation moyen et de la tarification», avance-t-il. 

«On a au moins le droit de présenter le budget de la façon dont on veut. (...) Vous ferez le calcul vous-mêmes.»

Pourtant, à chaque année jusqu’ici, la Ville de Shawinigan comparait la facture totale pour présenter la variation moyenne du compte de taxes aux citoyens lors du dépôt du budget. En décembre 2015 également, le conseil municipal avait fait preuve de créativité pour présenter une hausse moyenne du compte de taxes de 1,54 % pour 2016. Il avait délibérément choisi de ne pas inclure le tarif pour le contrôle des insectes piqueurs dans l’équation. Avec cet élément, la hausse atteignait plutôt... 3,2 %.

L’administration municipale a travaillé sur la base d’un indice des prix à la consommation de 1 % au Québec entre octobre 2016 et octobre 2017, selon Statistique Canada, pour se guider dans l’élaboration de ce budget. En séance publique, seulement cinq citoyens ont assisté à l’adoption de l’important document, qui s’est faite à l’unanimité.

Déneigement

Comme promis, le conseil municipal a pris la décision de mettre le paquet sur le déneigement en 2018. Le budget consacré à ces manoeuvres passera ainsi de 5,5  à 7 millions $. Les élus ont également dû ajouter un montant supplémentaire de près de 1,3 million $ pour le remboursement de la dette, en raison des projets d’éclairage de rues au DEL, de la réfection du viaduc Saint-Marc et du projet de mise aux normes des installations d’eau potable. 

À elles seules, ces dépenses supplémentaires correspondaient à une hausse du compte de taxes de 3,5 % à 4 %, précise M. Angers. 

«Nous avons limité ça à 0,85 %, ce qui illustre très bien l’effort qui a été fait par l’ensemble de la direction», fait-il remarquer.

Cette réussite s’explique principalement par la réduction des coûts reliés à l’administration municipale. Une compression de 9,5 % qui a permis, à elle seule, de dégager une économie de 1,1 million $. Les abolitions de trois postes de cadres et la réduction des coûts attribués aux régimes de retraite ont largement contribué à cet effort.

Notons enfin que le budget 2018 prévoit des dépenses totales de 85,6 millions $, en hausse de 3,5 % par rapport à cette année.