Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.
Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.

Hausse des taxes de 1,5 % à Bécancour

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Bécancour — Le conseil municipal de Bécancour a adopté un budget de l’ordre de 31 millions de dollars pour 2021 qui comprend une hausse des taxes de l’ordre de 1,5 %. Ainsi, pour une résidence unifamiliale évaluée à 177 407 dollars, le compte de taxes passe de 2110,77 $ à 2143,27 $. 

La différence s’explique par l’augmentation de la taxe de service pour la collecte des ordures qui passe de 142,50 $ à 175 $ par logement. Car le taux de taxe foncière reste le même pour l’ensemble des catégories d’immeubles.

Il y a toutefois une augmentation du tarif pour l’eau potable mesurée au compteur de 0,60 $/mètre cube à 0,70 $/mètre cube ainsi qu’un nouveau tarif pour les piscines qui est fixé à 20 $ par piscine

«On adopte un budget qu’on peut qualifier de responsable parce qu’on vient de traverser une pandémie qui était imprévue et qui est imprévisible parce qu’on ne sait pas encore qu’est-ce qui va se passer dans le futur. On a vécu de l’incertitude et ce n’était pas le temps d’augmenter le fardeau fiscal des citoyens», a commenté le maire Jean-Guy Dubois, qui se dit toujours en réflexion par rapport aux élections municipales de l’an prochain.

Selon lui, le programme triennal d’immobilisation, dans lequel on retrouve des prévisions de 14,5 millions de dollars pour 2021, a été «particulièrement fragile à traiter cette année parce qu’il a un impact à long terme».

À lui seul, le dédoublement de l’aqueduc de 14 pouces va coûter 8,4 millions de dollars l’an prochain. «Il y a des gros projets dans le parc industriel, dont un qui est situé au sud de l’autoroute 30 et qui va prendre pas mal d’eau. Il faut amener de l’eau supplémentaire. On a fait des démarches pour des programmes gouvernementaux, pour lesquels on n’a toujours pas eu de réponse. C’est un projet conditionnel à l’obtention de l’aide financière de 80 % du coût des travaux», a-t-il précisé.

Pour lui, c’est aussi un budget responsable dans l’application d’un programme d’immobilisation «à la fois progressiste, mais réaliste dans une ville vivante et au contexte extrêmement bouillonnant».

Par ailleurs, l’endettement net à long terme devrait atteindre 53 millions de dollars à la fin de l’année, attribuable, entre autres, à des projets tels que l’incubateur et la fibre optique. À la fin de 2021, la dette devrait plutôt se situer à 51,5 millions de dollars.

«De 2014 à 2021, on aura augmenté notre dette de 1 860 000 dollars, mais réalisé des investissements de 72,4 millions de dollars», a tenu à souligner M. Dubois.

«C’est beau de dire qu’on ne veut pas augmenter notre dette, mais pendant ce temps-là, ça avance, il faut aussi investir. On ne peut pas fonctionner continuellement sur les freins. Il faut être capable d’équilibrer entre tout ce qu’on peut s’offrir et ce qu’on est capable de se payer. Être capable d’investir sans s’endetter, c’est ce qu’on a fait» renchérit celui qui dit «avoir travaillé beaucoup avec les surplus non affectés pour essayer de payer le plus possible de dépenses sans aller sur l’endettement».

Celui-ci juge également son budget de responsable «dans la constante préoccupation de laisser au futur conseil une ville en santé financière à court et long terme», évoquant la taxe sur l’essence et la conservation d’une marge de surplus non affectée.

Dans ses priorités pour 2021, le premier magistrat cible le développement économique durable. «Beaucoup a été fait et beaucoup reste à faire. 2021 devrait être une année de plusieurs annonces. Notre incubateur a déjà deux entreprises, notre parc PME est prêt à recevoir 11 entreprises, de beaux projets sont mûris à la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour et le dépôt du vaste projet de Zone d’innovation Bécancour est imminent. Ce sont les ingrédients majeurs de la relance» a-t-il conclu, tout en faisant allusion à la politique familiale et aux saines habitudes de vie, à la propreté et l’embellissement et au retour à «une normalité améliorée».