Yvon Deshaies, maire de Louiseville

Hausse de salaires de plus de 16 % à Louiseville

LOUISEVILLE — Les élus de Louiseville viennent de s’accorder des hausses salariales variant de 16,1 % à 17,2 %.

Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, voit son salaire de base annuel passer de 29 437,92 $ à 34 500 $. Cela représente une majoration de 17,2 %. En ajoutant l’allocation de dépenses de 16 767 $ à son nouveau salaire, le traitement total est de 51 267 $, soit 16,1 % de plus qu’en 2018. L’an dernier, l’allocation de dépenses était de 14 718,96 $ et le traitement total était de 44 156,88 $.

Le salaire des conseillers grimpe de 9812,64 $ à 11 500 $. L’allocation de dépenses passe de 4906,32 $ à 5750 $, ce qui offre un traitement total de 17 250 $ en 2019. Le salaire et le traitement des conseillers affichent une croissance de 17,2 %.

Cette nouvelle politique salariale a été adoptée lundi en séance du conseil. Selon le maire Deshaies, la hausse compense la perte de revenus découlant de la décision du gouvernement fédéral d’imposer l’allocation de dépenses à compter de cette année.

«Il n’est pas question de baisser de salaire. Le conseil est unanime sur ça. On ne veut pas avoir plus d’argent. À ce nouveau montant, on ne fait pas plus d’argent, mais on n’en perd pas. Le salaire net ne change pas.»

M. Deshaies est à l’aise avec cette décision qui place toujours les élus dans une position délicate, soit de décider eux-mêmes de leur salaire.

«On travaille bien et on mérite notre salaire. Je sais le nombre d’heures que je fais. Notre travail, ça vaut ça. Et plusieurs autres municipalités vont vers cette décision-là.»

Nicolet fait partie des autres municipalités à avoir ajusté le salaire de ses élus, notamment en raison de l’imposition de l’allocation de dépenses au niveau fédéral. Cette hausse globale s’élève à 11,17 %.

L’ajustement salarial des élus de Louiseville est rétroactif au 1er janvier 2019. Les hausses annuelles pour les années à venir seront de 2,5 %.

La dernière révision salariale des élus a été effectuée en 2007 sous le règne de Guy Richard. Le salaire du maire avait subi une progression de 35,98 %, alors que celui versé aux conseillers a grimpé de 8,4 %.