Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, en compagnie du nouveau directeur général de la Ville, Mathieu Audet.
La mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, en compagnie du nouveau directeur général de la Ville, Mathieu Audet.

Hausse de la taxe de 0,36 % à Nicolet

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Nicolet - Le conseil municipal de Nicolet a adopté lundi un budget équilibré de 16,3 millions de dollars qui implique une hausse moyenne de 0,36 % du compte de taxes pour les citoyens.

«On est soucieux de maintenir une charge fiscale qui est raisonnable. Un gel global de taxation, c’est plus difficile à envisager dans un contexte où les défis qui s’en viennent pour la municipalité sont super importants. On ne voulait pas nécessairement pelleter par en avant. On pense agir de façon responsable», a expliqué la mairesse Geneviève Dubois.

La hausse du fardeau fiscal est de 0,79 % pour les contribuables de l’ancienne communauté de Nicolet tandis que ceux de l’ancien secteur de Saint-Jean-Baptiste devront absorber une augmentation de 0,65 %. Les citoyens de l’ancien secteur de Nicolet-Sud verront toutefois leur compte de taxes diminuer de 0,31 %.

Concrètement, pour une maison d’une valeur moyenne de 153 083 $ à Nicolet, cela représente une facture additionnelle de 17 $ alors que le bond est de 19 $ du côté de Saint-Jean-Baptiste pour une résidence de 216 761 $. À Nicolet-Sud, le propriétaire d’une résidence de 207 608 $, toujours en moyenne, paiera huit dollars de moins.

La hausse moyenne a ainsi été limitée à 0,36 % en considérant tous ces facteurs: une taxe foncière qui n’a pas bougé, une dette qui a diminué de 1 %, une hygiène du milieu en hausse de 10 %, trois sous de plus pour l’eau potable, 22,50 $ de plus pour la collecte des ordures, 10 $ de plus pour la récupération et une économie de 18,80 $ en matière d’insectes piqueurs.

Si la Ville a réussi à diminuer le fardeau fiscal dans les secteurs agricoles et industriels, elle n’a toutefois pu éviter une hausse pour les six logements et plus.

«On a dû composer avec plusieurs charges supplémentaires, dont une facture plus élevée de 6,4 % de la Sûreté du Québec ainsi qu’une augmentation de 22 % pour la collecte de déchets et le recyclage, deux volets qui relèvent de la Régie intermunicipale de gestion intégrée des déchets Bécancour-Nicolet-Yamaska dont Nicolet est membre», a fait savoir la mairesse.

Selon elle, si Québec payait 100 % de ses taxes quant à ses immeubles, la Ville de Nicolet aurait bénéficié d’un montant de 184 000 $ de plus. «Malgré un pacte fiscal avec le gouvernement, il serait grand temps de revoir la fiscalité municipale», a lancé Mme Dubois.

En 2020, Nicolet termine son exercice budgétaire avec un surplus de 1,2 million de dollars qui s’explique, entre autres, par des salaires non versés, le report du budget participatif, l’annulation de certaines activités d’animation, une contribution gouvernementale de 465 000 dollars liée à la COVID-19 et la vente du terrain Cloutier.

Par ailleurs, le programme triennal d’immobilisation est de l’ordre de 24,6 millions de dollars. Nouveaux équipements incendie, stabilisation des berges le long de la rivière, réparation de ponceaux, trottoirs Éloi-de-Grandmont, eau potable, travaux d’aqueducs et d’égouts au centre-ville, aménagement de parcs et prolongement de la piste cyclable : voilà autant d’exemples de projets envisagés sur trois ans. Et à cela s’ajoute le retour du budget participatif.

La mairesse Dubois a saisi l’occasion pour dresser un bilan depuis son entrée en fonction. « La Ville de Nicolet a été mise à rude épreuve par le climat, subissant deux inondations, une tempête de vent et des problèmes de sécheresse. Malgré ces imprévus liés à la météo, nous avons toujours réussi à maintenir un taux de taxation qui respecte la capacité de payer de nos citoyens », a-t-elle souligné.

Son administration compte bien profiter de l’arrivée du nouveau directeur général, Mathieu Audet, pour relancer le dossier d’incubateur agroalimentaire ainsi que la vente de terrains qui sont de propriété municipale, notamment le terrain Cloutier.

Depuis 2017, des projets évalués à 14,8 millions ont bénéficié de subventions totalisant 7,9 millions de dollars comme, par exemple, le quai, l’aréna et la passerelle.

«Ce fut une année assez exceptionnelle au point de vue de la pandémie, mais aussi pour la Ville. On a passé une année sans direction générale où tout le monde a mis l’épaule à la roue», conclut celle qui profitera de la pause des Fêtes pour réfléchir sur un éventuel mandat lors des élections municipales de 2021.