Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Arrêté et accusé d'agression sexuelle, mardi, le député Harold LeBel «continuera d’exercer sa fonction de député de Rimouski» à titre d'indépendant, lui qui a été exclu du caucus du Parti québécois.
Arrêté et accusé d'agression sexuelle, mardi, le député Harold LeBel «continuera d’exercer sa fonction de député de Rimouski» à titre d'indépendant, lui qui a été exclu du caucus du Parti québécois.

Harold LeBel «souhaite démontrer qu’il n’a rien à se reprocher»

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Arrêté et accusé d'agression sexuelle sur une autre élue, mardi, le député Harold LeBel «souhaite démontrer qu’il n’a rien à se reprocher». De plus, «il continuera d’exercer sa fonction de député de Rimouski» à titre d'indépendant, lui qui a été exclu du caucus du Parti québécois.

C'est ce que l'on peut lire dans un communiqué de presse émis jeudi après-midi et signé à la fois par son attaché politique, Samuel Ouellet, et l'avocat qui le représente dans ce dossier, Me Maxime Roy.

«Monsieur LeBel entend collaborer avec la justice. Le 11 janvier prochain, il sera présent à l’occasion de sa comparution [au palais de justice de Rimouski]. En temps opportun, il souhaite démontrer qu’il n’a rien à se reprocher», lit-on dans la publication de trois paragraphes. 

À LIRE AUSSI: Le député Harold LeBel arrêté pour agression sexuelle et exclu du caucus du PQ

«Les activités du bureau de circonscription continueront normalement selon les mesures sanitaires exigées par le Gouvernement du Québec. Les attachés politiques du bureau de Rimouski continueront de traiter les différents dossiers en cours et accompagneront tous les citoyens de la circonscription qui le désirent», affirme-t-on aussi.

Dès mardi, le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, avait décidé d'exclure M. LeBel du caucus pour la durée du processus judiciaire.

Le PQ compte dorénavant huit représentants à l'Assemblée nationale sur 125, tandis les députés indépendants seront quatre.

L'avocat Maxime Roy a aussi défendu l'ex-ministre libérale Nathalie Normandeau dans son récent procès impliquant l'Unité permanente anticorruption (UPAC), ainsi que l'ex-joueur de la LNH Simon Gagné dans son dossier de conduite avec des facultés affaiblies.