L'exemple de Sherbrooke pourrait inspirer les élus dans leurs démarches pour ressusciter, le long de l'autoroute de l'Énergie, les noms des coeurs villageois qui composent la municipalité.

Grand-Mère disparaîtra aussi

Après Saint-Gérard-des-Laurentides, Shawinigan-Sud et Saint-Jean-des-Piles, le secteur Grand-Mère disparaîtra aussi des panneaux de signalisation sur l'autoroute de l'Énergie, prévoit le ministère des Transports du Québec. Les changements devraient être complétés d'ici deux ans.
Dans l'esprit du ministère des Transports, Gentilly représente un cas particulier.
Guillaume Paradis, porte-parole du MTQ, explique que cette décision constitue simplement le prolongement de l'exercice d'harmonisation réalisé par la Ville de Shawinigan l'an dernier.
«Des changements de signalisation devenaient nécessaires», fait-il remarquer. «En parallèle, le ministère est dans un projet de remplacement de structures de supersignalisation. Certaines étaient à la fin de leur vie utile et il fallait les remplacer. Nous avons entrepris cette opération et elle devrait se poursuivre jusqu'à la fin 2018. Graduellement, les ajustements vont se faire.»
Rappelons que dans le secteur Saint-Jean-des-Piles, des citoyens ne digèrent pas que le nom de leur communauté ait été biffé par le MTQ à la faveur du chemin du Parc-National, à la sortie 226. Une pétition circule pour exiger le retour du toponyme de leur secteur et elle sera déposée à la séance du conseil municipal du 11 juillet. Jusqu'à maintenant, près de 600 signatures ont été recueillies.
Étrangement, le MTQ a apposé un feuillard sur le nom de Saint-Jean-des-Piles à la sortie 226, mais pas sur celui de Grand-Mère. M. Paradis ne peut expliquer ce double standard, mais il réaffirme que lorsque le panneau sera changé, le dernier secteur de Shawinigan à apparaître sur l'autoroute disparaîtra à son tour.
«C'est sûr que ça peut paraître drôle et que ça laisse place à interprétation», reconnaît-il. «Mais tous les autres noms vont disparaître au fur et à mesure que les opérations se poursuivront dans les autres échangeurs. Au printemps 2019, tout cela sera de l'histoire ancienne.»
D'ailleurs, à la sortie 223 en direction sud, le nouveau panneau indique maintenant «Avenue de Grand-Mère» et «25e Rue». À tout le moins, le nom de l'ancien secteur pourra survivre sous cette forme. Michel Poirier, responsable de la pétition, ne détesterait pas que dans la même veine, «Chemin de Saint-Jean-des-Piles» remplace «Chemin du Parc-National» à la sortie 226.
M. Paradis confirme l'interprétation de la Ville de Shawinigan, à savoir que sa politique consiste à inscrire des noms de municipalités ou de rues sur les panneaux d'autoroute. «Lorsqu'il y a plus d'un échangeur qui dessert une municipalité, on utilise les noms des routes transversales», précise-t-il. «Dans le cas de Shawinigan, ça a été déterminé avec la Municipalité.»
Bécancour
À Bécancour, la fusion de Saint-Grégoire, Sainte-Angèle-de-Laval, Sainte-Gertrude, Bécancour, Gentilly et Précieux-Sang est consumée depuis près de 52 ans. Pourtant, à la sortie du pont Laviolette et le long de l'autoroute 30, les toponymes de plusieurs secteurs ont résisté au temps.
Dans l'esprit du MTQ, il s'agit d'un cas particulier.
«Ce n'est pas une trame urbaine», souligne M. Paradis. «Plusieurs villages ruraux ont été rassemblés, avec des champs autour. Nous n'étions donc pas dans une continuité comme nous pouvons l'être à Shawinigan. La décision qui a été prise est de ne pas tenir compte des normes dans ce cas et d'y aller en indiquant les différents noyaux, pour tenir compte de la réalité. La situation était assez exceptionnelle. C'est une grande municipalité avec plein de petit noyaux un peu partout sur son territoire.»
M. Paradis ne veut pas prédire ce que les résidents du secteur Saint-Jean-des-Piles penseront de ce raisonnement, mais il maintient que le plan prévu pour Shawinigan sera complété d'ici deux ans.
«Nous fonctionnons selon les normes établies, qui existent pour permettre aux gens de bien se déplacer sur le territoire», termine le porte-parole. «Notre priorité, c'est que les gens arrivent à destination en toute sécurité. Avec les années, les normes ont évolué pour faire en sorte que sur un territoire comme celui de Shawinigan, on indique plutôt les noms de rues.»