Des spécialistes de la Sécurité civile étaient à Sainte-Ursule, mardi, pour analyser le glissement de terrain qui est survenu à quelque 10 pieds d'une conduite de la Régie d'aqueduc de Grand Pré.

Glissements de terrain: une saison record

Le printemps 2017 est le plus occupé des 15 dernières années en matière de glissements de terrain.
La Sécurité civile de la Mauricie et du Centre-du-Québec a recensé 29 glissements depuis le début de la crue printanière. C'est du jamais vu depuis longtemps, selon le directeur Sébastien Doire.
«C'est dû à la fonte rapide des neiges et au fait qu'il pleut constamment. On n'a pas eu cinq, six jours collés de soleil. On annonce encore de la pluie cette semaine et les terrains sont gorgés d'eau.»
Deux glissements de terrain s'ajoutent à la liste. À Sainte-Ursule, une partie de terrain donnant sur un ruisseau s'est décrochée à quelque 10 pieds d'une conduite d'eau de la Régie d'aqueduc de Grand Pré. Cette conduite fait le lien entre les deux canalisations principales de la Régie qui fournit sept municipalités de la MRC de Maskinongé en eau potable. 
Les spécialistes de la Sécurité civile étaient sur les lieux mardi après-midi. Selon leurs observations, la terre va glisser de nouveau, mais le tuyau de la Régie n'est pas à risque d'être emporté.
«Il y aura des travaux à faire. Mais ce n'est pas trop inquiétant. Les gens n'ont pas manqué d'eau et n'en manqueront pas», assure Barbara Paillé, la présidente de la Régie d'aqueduc de Grand Pré.
Le deuxième glissement est survenu près d'une résidence de la route du Bois-Blanc à Saint-Justin. La maison n'est pas à risque de tomber et personne n'a été évacué.
L'équipe de la Sécurité civile devait aussi aller faire un tour du côté de Saint-Léon-le-Grand pour constater le glissement qui s'est produit près du rang de l'Isle. Le rang du même nom, à Pierreville cette fois, a aussi été le théâtre d'un glissement de terrain la semaine dernière qui a nécessité la visite de la Sécurité civile.
Ces glissements n'ont occasionné aucune évacuation.