La vérificatrice générale de la Ville de Trois-Rivières, Andrée Cossette.

Gestion de l'essence: la vérificatrice avait prévenu la police

La vérificatrice générale de la Ville de Trois-Rivières, Andrée Cossette, avait prévenu les autorités policières avant de mandater des gens pour aller vérifier l'accessibilité des points de ravitaillement en essence de la Ville. C'est du moins ce que confirme le porte-parole Yvan Toutant, qui indique que les conclusions du rapport, déposé plus tôt cette semaine, ont mené à une série de mesures correctrices pour empêcher que des abus ne surviennent aux pompes à essence municipales.
On se souviendra que dans son rapport, Mme Cossette avait indiqué avoir pu déjouer la sécurité de postes de ravitaillement en essence appartenant à la Ville. Elle se disait même stupéfaite de constater que des personnes mandatées par elle avaient pu, en plein jour, se ravitailler en essence sans même être importunées. 
Depuis, sur certaines tribunes, la légalité de cette mesure prise par la vérificatrice générale a été questionnée. 
Or, la Ville confirme que les autorités policières avaient été informées avant qu'elle ne procède à la vérification. «Mme Cossette avait averti le chef de police qu'elle était pour procéder de cette façon», mentionne Yvan Toutant.
Selon lui, les vérifications transmises à la Ville ont permis la mise en place de différentes mesures pour éviter que n'importe qui ne puisse se ravitailler aux frais des contribuables en toute impunité. Des mesures qui ont déjà été mises en place ou qui sont en train de l'être, précise le porte-parole.
La Ville a donc revu la structure de l'imputabilité et a clarifié la description des tâches reliées à la gestion de ces sites, en plus de produire un nouveau document de procédures sur la gestion du carburant. 
«Nous avons optimisé la gestion du suivi des inventaires pour un meilleur contrôle afin de faire des contrôles plus rapprochés», indique M. Toutant. Une mise à jour du logiciel a aussi été faite, ce qui permettra l'envoi de courriels lorsque le niveau aura atteint la limite pour le réapprovisionnement. 
En ce qui concerne l'accès aux sites, la vile a sécurisé les éléments du système de contrôle d'accès, avec notamment l'ajout de cadenas plus robustes de même que du rappel de directives aux employés concernant l'utilisation de ces cadenas. 
Chaque usager autorisé à utiliser ces pompes possède désormais un code unique à quatre chiffres qui permet de savoir quel usager a pu utiliser quelle quantité d'essence.
Le temps d'ouverture des barrières de sécurité sera également revu, confirme Yvan Toutant.