La directrice des affaires publiques de Gazoduq, Marie Christine Demers, a dévoilé les grandes lignes d’un programme de soutien du milieu qui sera mis sur pied avec la construction du gazoduc.

Gazoduq promet un fonds de 10 M$ par année à La Tuque

La Tuque — Gazoduq a annoncé qu’elle investirait annuellement 10 millions de dollars en Haute-Mauricie. L’entreprise, qui prévoit construire une conduite souterraine de gaz naturel de près de 782 km entre le nord-est de l’Ontario et le Saguenay, s’est engagée à soutenir le développement économique et social des communautés d’accueil du projet en créant un Fonds pour les communautés.

Il s’agit d’une première annonce en matière des retombées économiques du projet. L’ensemble des communautés le long du parcours pourrait ainsi toucher 36 millions de dollars, dont près de 8,4 millions de dollars pour la municipalité de La Tuque.

Ce montant correspond à une contribution annuelle récurrente versée sous forme de taxes (2,5 M$) et par l’entremise de son Fonds pour les communautés (5,9 M$).

«L’entreprise s’engage à soutenir à long terme le développement économique et social des communautés d’accueil de son projet de conduite souterraine de transport de gaz naturel».

Avec le Fonds pour les communautés, Gazoduq propose une formule développée sur mesure qui permettra à l’entreprise de contribuer aux communautés d’accueil, entre autres aux municipalités où est située la zone d’aménagement privilégiée. Cette dernière est située à 82 % sur des terres publiques, ce qui diminue les charges fiscales afférentes au projet.

Rappelons que la portion de la zone d’aménagement privilégiée en terres publiques n’est pas taxable au Québec, contrairement à d’autres provinces canadiennes.

«Avec la mise sur pied du Fonds pour les communautés, Gazoduq assume ses responsabilités et ceci correspond à un jalon important dans le développement de son projet. Depuis le début, nous prenons le temps de bien faire les choses afin de travailler à minimiser les impacts sociaux et environnementaux du projet et d’accroître ses retombées pour les communautés d’accueil. Nous allons poursuivre nos efforts en ce sens», affirme Louis Bergeron, président de Gazoduq.

Dans la formule proposée, Gazoduq s’engage à ce que les sommes d’argent soient administrées par une firme indépendante «afin d’assurer une gestion tout aussi rigoureuse des fonds».

«En raison de leur grande connaissance des besoins de leur communauté, quatre acteurs clés ont été identifiés par Gazoduq afin d’utiliser les sommes du Fonds de manière à avoir un maximum d’impact».

Les montants seraient partagés entre les municipalités riveraines (65 %), les MRC (25 %), et des organismes communautaires (10 %) de chacune des régions.

Des fonds pour l’UQTR.

Une partie du Fonds pour les communautés sera remise aux fondations des universités situées sur le territoire des communautés d’accueil.

«Il s’agit d’un montant de 2,2 millions de dollars qui correspond à l’équivalent des taxes scolaires qui auraient été versées si la portion de la zone d’aménagement privilégiée en terre publique avait été taxable», indique l’entreprise.

La Fondation de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) obtiendrait ainsi de la part de Gazoduq un montant annuel de 580 000 $.

Rappelons que Gazoduq prévoit la construction d’une conduite souterraine de transport de gaz naturel destinée à alimenter la future usine de liquéfaction du projet Énergie Saguenay. Il s’agit d’un investissement de 4,5 milliards de dollars.