L’individu s’était barricadé chez lui, forçant l’évacuation de plusieurs résidences sur la rue Laflamme.

Gallagher demande une facilitation pénale

TROIS-RIVIÈRES — Alors qu’il avait indiqué sa possible intention de plaider coupable et de disposer de ses dossiers la semaine dernière, la cause de Dany Gallagher, cet homme de 43 ans accusé d’avoir incendié la résidence de son ex-conjointe, a une fois de plus été reportée jeudi au palais de justice de Trois-Rivières. Les deux parties dans cette affaire ont indiqué au juge Jacques Trudel qu’ils présenteraient prochainement une demande de facilitation pénale pour régler le dossier.

On se souviendra que l’homme est à l’origine de l’opération policière qui a nécessité l’érection d’un périmètre de sécurité sur la rue Laflamme, à la fin du mois de janvier, de même que l’évacuation de plusieurs résidences.

Dany Gallagher était soupçonné d’avoir intentionnellement mis le feu à la résidence de son ex-conjointe, quelques heures plus tôt. Le suspect aurait en effet été vu quittant la résidence de la rue Pierrette dans le secteur Sainte-Marthe, au moment où de la fumée s’échappait du toit. Heureusement, personne ne se trouvait à l’intérieur.

Le suspect avait ensuite été localisé plus tard à son domicile de la rue Laflamme. Les policiers redoutaient la présence d’armes à feu et avaient érigé un périmètre de sécurité. Le suspect s’était finalement rendu.

Son avocat, Me Alexandre Biron, a indiqué au tribunal jeudi que lui et sa consœur de la Couronne, Me Catherine Lacoursière, n’arrivaient pas à s’entendre sur certains faits, pas plus que sur une suggestion commune de sentence. Les deux avocats ont donc demandé au juge la permission de présenter une demande de facilitation pénale. Il s’agit en fait d’un mode alternatif de règlement des dossiers, une sorte de médiation entre les avocats en présence du juge pour tenter de régler certains points qui achoppent, dans le cas présent certains faits qui ne seraient pas reconnus par l’accusé mais pour lesquels la Couronne soutient pouvoir présenter une preuve lors d’un éventuel procès. Une telle audience se déroule généralement à huis clos.

Le juge Jacques Trudel a renvoyé le dossier au 22 août, moment où sera fixée la date de cette audience de facilitation pénale.

Gallagher fait face à des accusations d’incendie criminel, de méfait ainsi que de bris de conditions pour avoir consommé de l’alcool alors que cela lui était interdit par la cour.