Prise il y a plus d’un an, cette photo de l’église Sainte-Marie-Madeleine illustre bien la désolation des lieux.

Gabriel Saad a eu des démêlés avec la Régie du bâtiment

TROIS-RIVIÈRES — Gabriel Saad est un habitué des palais de justice pour des procédures liées à ses projets d’affaires. Une de ses entreprises a même perdu sa licence d’entrepreneur en janvier 2016.

Le Bureau des régisseurs de la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) a annulé sa licence parce que «Monsieur Gabriel Saad a agi de telle sorte qu’il ne se mérite plus la confiance du public», peut-on lire dans la décision. Le deuxième motif évoqué pour justifier l’annulation de sa licence concerne une autre de ses entreprises qui a cessé ses activités en 2013 «sans justifier un motif légitime».

Les objets liés à la religion n’ont pas été épargnés.

C’est la licence d’entrepreneur de construction de l’entreprise 8254389 Canada inc qui a été annulée, soit la propriétaire de l’église Sainte-Marie-Madeleine jusqu’à sa vente en 2018.

M. Saad est décrit dans cette décision du Bureau des régisseurs de la RBQ comme le dirigeant de cette compagnie à numéro.

Au cours des années, des vandales ont saccagé l’église et des graffitis sont apparus sur les murs.

Cette décision du Bureau des régisseurs de la RBQ permet d’en apprendre davantage sur les problèmes rencontrés par M. Saad dans plusieurs de ses projets. M. Saad a d’ailleurs été dirigeant et répondant de nombreuses entreprises au cours des années.

Parmi ses projets, notons l’achat du couvent des Sœurs de l’Assomption de la Sainte Vierge à Warwick, au Centre-du-Québec, en 2014 pour 50 000 $. Selon la décision du Bureau des régisseurs, M. Saad pensait pouvoir le revendre 400 000 $ à 500 000 $. Il envisageait aussi de construire des immeubles sur les terrains à l’arrière du couvent.

L’état de délabrement est généralisé.

Rien de tout cela ne s’est réalisé. «Il y avait eu un projet avec des promoteurs immobiliers, finalement, ça n’a pas fonctionné», explique Diego Scalzo, maire de Warwick.

Le couvent est maintenant laissé à l’abandon.

L’église semble avoir été laissée à l’abandon depuis plusieurs années.

«Il n’a pas eu un entretien adéquat. Nous, la Ville, on s’est même permis de placarder la bâtisse pour la sécuriser», mentionne M. Scalzo.

Toutes les pièces sont endommagées.