Frédéric Dion

Frédéric Dion roulera seul

TROIS-RIVIÈRES — En raison de problèmes mécaniques, c’est finalement seul que l’aventurier Frédéric Dion parcourra les derniers kilomètres à vélo de son périple afin d’atteindre le pôle intérieur de l’Amérique du Sud.

Cette décision a été prise après que les vélos du résident de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et de ses deux compagnons, Jacob Racine et Daniel Barriault, soient devenus inutilisables après des bris importants. Les pièces encore fonctionnelles sur les vélos des deux aventuriers contraints à l’abandon ont servi à réparer la monture de Dion, qui prévoit d’ailleurs atteindre son objectif ce jeudi. Alors que ses deux accompagnateurs le suivront en voiture et seront là quand il aura besoin d’eux, le Mauricien roulera sur des routes de terre brésiliennes avant de se rendre aux abords d’une dense jungle, qu’il devra traverser à pied afin d’atteindre son objectif. Il sera accompagné de ses deux coéquipiers pour cette ultime étape.

Même s’il est encore en état de marche, Frédéric Dion s’inquiète de la fiabilité de son vélo. Tout comme les deux autres devenus inutilisables, il avait été acheté au Chili par les aventuriers à leur arrivée sur le continent sud-américain, au début du mois de décembre.

«Les gars m’ont fait un cadeau indescriptible. Je salue leur esprit d’équipe et je les remercie sincèrement. Cette expédition, c’est avant tout une histoire d’amitié. [...] Ça n’a pas été facile de partir seul en vélo en laissant mes chums derrière, mais je garde le cap», confie l’aventurier Dion dans un communiqué envoyé aux médias.

Jusqu’à maintenant, les aventuriers ont fait environ 2000 km à vélo. Après quelques semaines, ils ont dû revoir leur plan. Ils ont en effet quitté le Rio Grande afin de poursuivre leur route en vélo étant donné que la navigation en radeau était trop dangereuse sur cette source de l’Amazone. Ce changement d’itinéraire a entraîné un retard de cinq jours.

La présente aventure de Frédéric Dion s’inscrit dans sa quête visant à atteindre les six pôles intérieurs de six continents, après avoir rejoint le centre de l’Antarctique en skis tractés par un cerf-volant en 2014. Ce défi qui s’échelonnera jusqu’en 2029.