Francois Asselin, photographié peu avant sa comparution au palais de justice de Trois-Rivières en mai 2018.

François Asselin à l'hôpital de Shawinigan en attendant son procès

TROIS-RIVIÈRES — La détention de François Asselin se poursuit à l’hôpital de Shawinigan. L’individu accusé du meurtre de son père doit se soumettre à une évaluation psychiatrique et une hospitalisation sécurisée facilitera cette étape des procédures judiciaires.

Asselin était au palais de justice de Trois-Rivières, vendredi, à l’ouverture des assises d’automne. Me Véronique Robert, qui représente l’accusé en compagnie de Me Caroline Monette, a profité de cette occasion pour demander au juge Raymond W. Pronovost d’autoriser le transfert de son client en milieu hospitalier. Un mandat a été confié à la psychiatre Marie-Frédérique Allard pour évaluer cet homme de 36 ans et soumettre un rapport à la cour concernant sa responsabilité criminelle.

Comme l’a plaidé Me Robert, cette façon de procéder simplifie la vie de la psychiatre et devrait lui permettre de fournir son rapport plus rapidement.

Le juge a ordonné qu’Asselin soit détenu, mais en centre hospitalier, pour 30 jours. Le rapport de l’évaluation psychiatrique devrait être produit d’ici le 5 décembre, soit au moment où la Cour supérieure tient ses assises d’hiver. La date du procès de François Asselin devrait être connue à ce moment. D’ici là, une conférence préparatoire sera menée afin de faciliter le déroulement du procès.

À la lumière des propos tenus vendredi par Me Robert et par Me Benoît Larouche, le procureur de la poursuite, le procès devrait durer six semaines.

François Asselin fait face à une accusation de meurtre non prémédité de son père et d’outrage à son cadavre. Gilles Giasson, 67 ans, a perdu la vie en mai 2018 à Trois-Rivières. Asselin aurait tué son père avant de disposer de ses restes entre le 8 et le 11 mai. Des restes humains avaient été découverts à la suite d’une fouille policière menée quelques jours plus tard au site d’enfouissement de Saint-Étienne-des-Grès de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie.

Asselin est aussi accusé du meurtre non prémédité de François Lefebvre et d’outrage à son cadavre. Le crime a eu lieu en mai 2018 à Sherbrooke. Asselin et la victime étaient des collègues de travail.

Le procès pour la cause de Sherbrooke pourrait avoir lieu au printemps 2020. Lors du court passage d’Asselin au palais de justice de Sherbrooke, mercredi, le juge Charles Ouellet a reporté le dossier au 17 septembre. Le président du tribunal veut s’assurer de la durée du procès et de son déroulement, comme le rapporte La Tribune.