De gauche à droite: Alexandre Cusson, maire de Drummondville et vice-président de l'UMQ, Chantal Deschamps, présidente de la Commission de la formation de l'UMQ et Daniel McMahon, recteur de l'UQTR.

Formation universitaire pour élus municipaux

L'Union des municipalités du Québec et l'Université du Québec à Trois-Rivières ont signé un protocole d'entente, mardi matin, grâce auquel l'Université viendra créer un cadre de critères et rehausser le calibre des formations, tant obligatoires qu'optionnelles qui sont destinées aux maires, conseillers et gestionnaires municipaux.
L'entente a été ratifiée au campus de l'UQTR de Drummondville en compagnie du maire de l'endroit et premier vice-président de l'UMQ, Alexandre Cusson.
«On avait une certification avec un cadre et ça faisait quand même le boulot, mais on s'est dit qu'il faudrait, avec la venue des gouvernements de proximité, avec la loi 122, donner un peu plus de crédibilité à la formation qu'on donne à nos élus», explique Chantal Deschamps, présidente de la Commission de la formation de l'UMQ et mairesse de Repentigny.
«On a mandaté une firme qui a fait enquête sur toutes les écoles qui forment des leaders. On a regardé une soixantaine d'écoles et de programmes qui se donnent autant en Europe, aux États-Unis qu'au Canada. On a fait un plan de match et on a approché des universités», dit-elle.
«La capacité à venir nous baliser des critères, toutes les universités étaient capables de le faire», précise-t-elle. «La différence, c'était la flexibilité dans les ressources, cette ouverture de composer avec des gens qui sont des spécialistes, mais qui ne sont pas des universitaires», explique Mme Deschamps.
«On parle d'une formation très personnalisée», explique de son côté le recteur de l'UQTR, Daniel McMahon.
«Si on entre à l'intérieur des règles structurelles habituelles d'un cours de baccalauréat ou de certificat, c'est plus compliqué d'arriver aux produits souhaités par les partenaires. Dans ce cas-ci, ce dont on a voulu s'assurer, c'est de voir quelle est la finalité de la formation. À partir du moment où on a bien compris la finalité, on s'assure que sur le plan pédagogique, on est capable d'attester que les règles de l'art sont respectées, que les formations sont de qualité», explique-t-il.
Grâce à sa formation continue, l'UQTR peut donc s'ajuster de façon «très personnalisée, très agile», explique le recteur. «On n'a pas besoin de passer par la Commission des études. On n'a pas un encadrement extrêmement rigoureux pour l'approbation. On a une approche rigoureuse pour la qualité de la formation», précise-t-il.
Pourquoi l'UQTR s'est-elle démarquée par rapport à toutes les autres institutions considérées pour ce projet? À cette question, le recteur répond qu'il ne peut répondre pour les autres universités, mais «ce que je dis, à l'Université, depuis que je suis arrivé, c'est qu'il faut être pertinent dans la formation que l'on donne et la pertinence, c'est de comprendre le besoin et après de marier les compétences que l'on a par rapport ces besoins-là et de le faire dans la formule qui est la mieux adaptée aux clients», explique le recteur.
Dans le cas de l'UMQ, ajoute-t-il, «il fallait s'assurer que la formation qui serait donnée partout (au Québec) respecte les mêmes critères de réussite.»
L'UQTR travaille donc à la «conception de la formation, au développement du contenu pédagogique et à s'assurer que les personnes qui vont donner la formation ont les compétences pour le faire», résume M. McMahon.
L'UMQ veut ainsi aider ces gouvernements de proximité à relever les défis auxquels ils font face.
«La formation continue était un des objectifs prioritaires quand on a développé le campus de l'UQTR à Drummondville», souligne Alexandre Cusson. Ces formations toucheront les thèmes de la participation citoyenne et l'aménagement du territoire, les nouveaux outils fiscaux, les règles de gouvernance et certaines habiletés de gestion.
L'UMQ amorcera une tournée de formation pour les nouveaux élus dès le lendemain des élections du 5 novembre au cours de laquelle elle fera une cinquantaine d'arrêts dans toutes les régions.