À l’avant, les frères Louis-Philippe et Jean-François Dumoulin, coprésidents d’honneur de la campagne. À l’arrière, de gauche à droite: Pascal Lafrenière, directeur général du Festival western de Saint-Tite, Marlène Tremblay, bénévole, Luce Girard, directrice générale du Centre régional et Hôtellerie de la Fondation et Yvon Deshaies, maire de Louiseville.

Fondation québécoise du cancer: on veut dépasser les 576 000 $

Trois-Rivières — Une personne sur deux au Québec devra faire face au cancer. Fort heureusement, ces victimes ne sont pas livrées à elles-mêmes dans ce combat. L’an dernier, plus de 400 personnes de la région ont été hébergées à l’Hôtellerie de la Mauricie de la Fondation québécoise du cancer où elles ont passé plus de 3000 nuitées. L’Hôtellerie est annexée au centre de radiothérapie du CIUSSS-MCQ.

Quelque 140 personnes ont également bénéficié de thérapies complémentaires de massothérapie, d’art-thérapie, de kinésiologie, d’activités de qi gong et de peinture offertes également grâce à l’organisme en plus du groupe de soutien gratuit pour les hommes atteints d’un cancer de la prostate et leurs proches.

Tout cela coûte évidemment très cher. Or ces services sont rendus possibles grâce aux dons amassés chaque année dans le cadre de la campagne annuelle de financement de la Fondation. Dans la région (Mauricie, Centre-du-Québec et Lanaudière), l’objectif de la campagne 2019 est de 576 000 $, «mais on peut dépasser ça», a lancé vendredi le coureur automobile Louis-Philippe Dumoulin, coprésident d’honneur de la campagne avec son frère Jean-François de l’équipe de course Dumoulin Compétition pour une deuxième année consécutive.

Les frères Dumoulin sont encore plus touchés par la cause, cette année, car «une de nos amies a reçu un diagnostic de cancer l’été dernier», indique Louis-Philippe Dumoulin. Cette dernière, dit-il, est malheureusement passée de bénévole pour la cause à victime de ce mal tant redouté. «Aujourd’hui, c’est elle qui utilise les services et elle se bat très fort», dit-il.

Jean-François Dumoulin, de son côté, rappelle que lui et son frère sont impliqués depuis quatre ans pour la cause. «On a des membres proches de la famille qui ont été touchés. Oui, la recherche c’est important, mais la Fondation québécoise du cancer est une bonne cause», dit-il, parce qu’il est important aussi «d’être capable de passer au travers de cet événement-là, que ce soit la personne touchée ou ses proches», fait-il valoir.

Louis-Philippe et Jean-François Dumoulin ne sont pas que de simples porte-paroles pour la Fondation. Ils récoltent en effet à eux seuls quelque 15 000 $ par année pour la cause. «Les gens ont le droit de signer notre voiture et de venir avec nous sur la piste. Ça coûte 20 $ pour signer le coffre arrière et ça devient un don pour la Fondation», explique Jean-François Dumoulin. Beaucoup de gens de Trois-Rivières participent, dit-il, mais également des gens que ces frères croisent d’un océan à l’autre et même des gens des États-Unis, dit-il.

La Fondation en est à sa 40e année de fondation. Elle est présente en Mauricie depuis 2005. Les sommes amassées servent non seulement à l’hébergement et à l’accompagnement, mais également à défrayer le service d’information basé à Québec qui permet de répondre aux nombreuses interrogations de personnes atteintes et de leurs proches.

Plusieurs activités de financement se dérouleront au cours des prochains mois. La marche du Grand défoulement, par exemple, aura lieu le 15 septembre à 9 h, au parc Pie-XII. «On aura un concerto à l’automne», ajoute Luce Girard, directrice de la Fondation. Du côté de la campagne corporative, les personnalités du milieu qui ont accepté de s’impliquer, cette année, sont Donald Angers du Centre d’excellence en efficacité énergétique, Claude Bourgeois d’Eurodib, Yvon Deshaies, maire de Louiseville, Denis Dupont, technicien en loisir, André Héon de la Caisse Desjardins du Centre-Sud de Shawinigan, Pascal Lafrenière, directeur général du Festival western de Saint-Tite, Lucien Mongrain, maire de Trois-Rives et Yves Tousignant des Chevaliers de Colomb conseil 1887. La coprésidence de la campagne est également assumée par le Dr François Vincent, radio-oncologue rattaché au CIUSSS-MCQ et au Centre hospitalier affilié universitaire régional.

Il est à noter que les frères Dumoulin vont fraterniser avec leurs admirateurs, en fin de saison, au IGA Jean-XXIII. La date n’est toutefois pas encore déterminée.