Fluoration: les opposants s'adressent à Philippe Couillard

La Coalition Eau Secours, qui milite notamment pour une gestion responsable de l'eau, a fait parvenir, lundi, une lettre au premier ministre Philippe Couillard, afin de réclamer l'abolition du Programme québécois de fluoration de l'eau potable. Elle s'est faite du même coup la porte-parole du «Réseau sans fluor», qui regroupe plusieurs organismes dont la Coalition trifluvienne pour une eau très saine.
Outre les arguments scientifiques, éthiques et environnementaux qu'elle a déjà mis de l'avant, la coalition tentera d'attirer l'attention de Philippe Couillard sur l'argument économique de l'abolition d'une telle mesure. Selon elle, l'abandon de ce programme permettrait au gouvernement du Québec d'économiser annuellement au moins 4 millions de dollars.
«Le Premier ministre a manifesté son intention de réévaluer tous les programmes afin de réduire les dépenses de l'état. Monsieur Couillard s'est exprimé en ces termes: «L'heure n'est plus aux mesures marginales ou cosmétiques, le moment des décisions difficiles est venu». Comme chaque dollar est important, le Programme de fluoration de l'eau potable doit être aboli, car il représente une dilapidation de fonds publics», a fait savoir la Coalition Eau Secours, dans un communiqué.
Selon une étude réalisée par un comité ad hoc de la Coalition trifluvienne pour une eau très saine, le budget requis pour la mise en place de l'ensemble du programme projeté, soit la fluoration des 180 municipalités de plus de 5000 habitants, représenterait sur 5 ans plusieurs dizaines de millions de dollars.
«Nous avons également évalué les avantages économiques de la mesure sur la santé buccodentaire de la population, pour nous, ces prétentions ne représentent aucunement la réalité. Les programmes de prévention (diminution du sucre dans l'alimentation des enfants, etc.) et les actions sur les populations ciblées coûtent moins cher et sont plus efficaces. La réévaluation des programmes du gouvernement devrait donc apporter une attention toute particulière à celui de la fluoration de l'eau potable, une mesure coûteuse, inutile et impopulaire», peut-on également lire dans la lettre.
Rappelons que les dernières interventions de la Coalition trifluvienne pour une eau très saine au conseil municipal de Trois-Rivières s'étaient soldées par le refus du maire de Trois-Rivières de rouvrir la discussion, puisqu'un vote démocratique avait été pris majoritairement en faveur de la fluoration. Le maire encourageait toutefois les opposants à la fluoration à s'adresser directement au gouvernement pour faire valoir leur argumentaire.