Le barrage de La Trenche.

Fini le camping près du barrage de La Trenche

La Tuque — Des représentants d’Hydro-Québec ont rendu visite aux campeurs installés à proximité du barrage de La Trenche afin de les avertir qu’à compter du mois de novembre l’occupation de ce terrain sera complètement interdite. Hydro-Québec maintiendra toutefois l’accès à la rampe de mise à l’eau pour les utilisateurs des terres publiques.

«On a rencontré une dizaine de personnes, il y a des gens qui sont là depuis 20 ans, d’autres qui étaient là pour la première fois. Il y a des gens qui comprennent plus difficilement, mais il y en a d’autres qui comprenaient très bien. On leur laisse jusqu’au premier novembre. On est certain que la majorité des gens vont collaborer», indique Élisabeth Gladu, conseillère – Relations avec le milieu Centre-du-Québec et Mauricie.

Un avis a été remis aux occupants d’une trentaine de roulottes, campeurs et tentes-roulottes dans lequel on explique que «Le terrain sur lequel le camping est installé a été mis à la disposition d’Hydro-Québec par le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) aux fins de l’exploitation de l’aménagement hydroélectrique de la Trenche, et l’entreprise a l’obligation de veiller au respect des normes environnementales en vigueur sur les terrains dont elle est responsable».

Hydro-Québec va tolérer le camping jusqu’au premier novembre 2019 à condition que les normes environnementales en vigueur pour la gestion et le traitement des eaux usées et des matières résiduelles soient respectées.

«À défaut de les respecter, des actions seront prises», peut-on lire dans l’avis.

À compter du 1er novembre 2019, l’occupation de cet endroit sera interdite. Des blocs de béton seront installés à l’entrée. Les équipements seront remorqués aux frais de leur propriétaire.

«Les contrevenants seront poursuivis», ajoute Mme Gladu.

Hydro-Québec invite les gens qui utilisent ce terrain de camping qui souhaiteraient déplacer leurs équipements sur les terres du domaine de l’État à communiquer avec le Centre de services du territoire public (CSTP) du MERN afin de connaître les conditions particulières applicables au camping.

«On va s’assurer toutefois que ce ne sera pas possible de faire du camping à côté de la mise à l’eau», a conclu Élisabeth Gladu.