Les boîtes postales communautaires déjà installées, desservant 840 000 foyers, seront maintenues.

Fin de la révolution des boîtes postales

OTTAWA — Les libéraux fédéraux mettent fin au programme de conversion de la livraison du courrier en boîtes postales communautaires, lancé en 2014 par le précédent gouvernement conservateur.

Par contre, les quelque 840 000 foyers qui avaient déjà commencé à se rendre à pied aux boîtes communautaires ne verront pas leur service à domicile rétabli – une décision qui soulèvera sans doute l’ire des employés de Postes Canada.

Cette décision signifie aussi que Postes Canada devra renoncer aux économies de 350 millions $ par année qu’elle comptait réaliser en supprimant la livraison du courrier aux quelque 4,2 millions de foyers qui le reçoivent encore à la porte. Certains se demandent comment la société de la Couronne pourra demeurer rentable alors que le volume de courrier diminue d’année en année.

C’est la ministre des Services publics, Carla Qualtrough, qui a présenté le nouveau plan, mercredi matin, dans un centre de tri de Postes Canada, en Ontario.

Ce plan prévoit par ailleurs la création d’un groupe de travail qui devra proposer des façons de mieux servir les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite qui n’ont plus droit à la livraison à domicile. En vertu du plan libéral, les boîtes communautaires seront toujours installées dans les nouveaux ensembles résidentiels, comme cela se fait depuis les années 1980.

Promesse de campagne
Les libéraux avaient vaguement promis, durant la campagne électorale de 2015, de «sauver la livraison du courrier à domicile», après que la décision du précédent gouvernement conservateur de se tourner vers la livraison à des boîtes postales communautaires, pour réaliser des économies à Postes Canada.

La ministre Qualtrough a aussi annoncé mercredi des changements aux règles de gouvernance de Postes Canada, en permettant à la société de la Couronne de dégager des bénéfices et de réinvestir ces sommes dans l’amélioration des services, afin de pouvoir un jour s’autofinancer.

Postes Canada a réalisé des bénéfices d’exploitation d’environ 81 millions $ en 2016, comparativement à 99 millions $ en 2015. La société de la Couronne estime que la restitution de la livraison à domicile pour les foyers convertis aux boîtes communautaires depuis 2014 coûterait 195 millions $, en plus des frais annuels de livraison, qui se chiffreraient à environ 90 millions $.

La haute direction à Postes Canada, qui est au cœur d’un grand remaniement, aura aussi le mandat d’améliorer les relations de travail. La partie patronale et le syndicat sont actuellement en négociations pour le renouvellement de la convention collective.

Le gouvernement demande aussi à Postes Canada de faire la promotion de son service d’envoi d’argent, qui permet de transférer des fonds au pays et à l’étranger.

Colis
Les libéraux demandent aussi à Postes Canada de miser sur la popularité de son service de livraison de colis, qui est porteur de croissance et de revenus — les livraisons de colis ont bondi de près de 39 % pendant le troisième trimestre de 2017 comparativement à 2016, et les revenus de Postes Canada dans ce seul secteur ont grimpé de 41 %.

+

Soulagement à Louiseville

Paule Vermot-Desroches

pvermot@lenouvelliste.qc.ca

Louiseville — La Ville de Louiseville avait été l’une des premières dans la région à être identifiée comme devant subir les changements imposés par l’ancien gouvernement fédéral au sujet de l’ajout de boîtes
postales communautaires et du retrait de la livraison du courrier à domicile. L’annonce du statu quo par Ottawa, mercredi dans ce dossier, avait de quoi réjouir le maire de Louiseville, Yvon Deshaies.

En fait, cette annonce faite en 2015 inquiétait les intervenants du milieu, spécialement ceux qui travaillent auprès des clientèles vulnérables, comme les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite. Or, le changement annoncé pour Louiseville n’aura jamais eu le temps de s’opérer. Ainsi, c’est aussi le statu quo qui prévaut pour les citoyens de cette ville.

«Je suis vraiment très content, c’est une excellente nouvelle. Les gens vont pouvoir continuer d’avoir le courrier livré à leur porte», note Yvon Deshaies, qui avait vivement dénoncé cette décision de Postes Canada,
en 2015. L’enjeu avait d’ailleurs été soulevé dans le comté lors de la campagne électorale, la plupart des candidats en faisant un cheval de bataille.

Évidemment, des boîtes postales ont depuis été installées dans les nouveaux développements domiciliaires, ce qui au départ était déjà prévu, précise le maire Deshaies. 

«Mais tous ceux qui recevaient le courrier à domicile vont continuer de le recevoir. C’est une très bonne chose», croit M. Deshaies, qui admet que depuis l’élection du gouvernement Trudeau et l’imposition d’un moratoire sur cette décision, les citoyens ne lui parlaient plus beaucoup de ce sujet.