Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel.

Fierté et fébrilité

TROIS-RIVIÈRES — «On prend conscience avec cette assermentation qu’on forme le gouvernement». Ces mots prononcés par le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, démontrent l’état d’esprit des députés de la Coalition avenir Québec (CAQ) lors de la cérémonie d’assermentation tenue mardi au Salon rouge de l’Assemblée nationale.

Élu pour la première fois sous la bannière du parti de François Legault en 2012, Donald Martel réalisait mardi tout le chemin parcouru depuis son premier mandat à l’Assemblée nationale. «Les premières fois que tu es assermenté, tu réalises toute la confiance que les gens t’ont accordée. Ça fait chaud au cœur et tu apprécies le privilège que les électeurs t’ont fait», confie le député Donald Martel, quelques instants après la cérémonie d’assermentation.

«Mais aujourd’hui, nous étions 74 députés à être assermentés et on forme le gouvernement. J’étais avec M. Legault quand nous avons pensé former un nouveau parti. Nous sommes partis de zéro et là, nous avons des députés de partout au Québec. On prend conscience qu’on forme le gouvernement.»

La députée de Laviolette-Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif.

Sur les 74 députés de la CAQ, 54 entrent à l’Assemblée nationale pour la première fois. Et dans la région, les quatre députés de la Mauricie ont été élus pour la première fois.

La nouvelle députée de Champlain, Sonia LeBel, a également mesuré en prêtant serment toute l’ampleur de la confiance de la population. «C’est la première fois que je suis dans une fonction où c’est les gens qui m’ont donné ce privilège d’être députée de l’Assemblée nationale. Je l’accueille avec beaucoup d’humilité, de joie et de fébrilité. C’est un mélange d’émotions qui viennent avec la conscience de la très grande responsabilité qui incombe à un député», affirme la députée de Champlain.

«Il y a une fierté de faire partie d’un groupe d’hommes et de femmes aussi extraordinaires. Et une fierté de faire partie du changement, d’un nouveau gouvernement. [...] Chaque fois qu’un député prêtait serment, il y avait une émotion et on avait la chair de poule d’être de cette équipe. On ne le réalise pas parce qu’on est dedans, mais on fait partie de l’histoire. Et il vient avec ça une très lourde responsabilité. Il faut en être conscient et l’assumer.»

Sonia LeBel, la députée de Champlain.

De son côté, le nouveau député de Trois-Rivières, Jean Boulet, avoue qu’il était, à l’instar de plusieurs de ses collègues, «fébrile et anxieux». «J’ai vécu cette cérémonie avec émotions, mais surtout avec fierté. C’est un honneur que les Trifluviens m’ont fait de me permettre de les représenter à Québec», souligne M. Boulet.

«Nous sommes que 125 à représenter l’ensemble des citoyens. Et nous sommes maintenant le gouvernement de l’ensemble des Québécois. Je veux être le député de l’ensemble des citoyens de la circonscription de Trois-Rivières, pas seulement de ceux qui ont voté pour moi.»

Élu dans Maskinongé, Simon Allaire a aussi eu une journée forte en émotions. «C’est vraiment l’fun à vivre», affirme le nouveau député. «Ma conjointe et mes parents étaient là. On pouvait lire la fierté dans leurs yeux.»

L’assermentation de Simon Allaire, le député de Maskinongé.

La première députée élue dans la nouvelle circonscription de Laviolette–Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, estime que l’assermentation de mardi représente l’écriture d’une nouvelle page de l’histoire du Québec. Aussitôt assermentée, Marie-Louise Tardif pense aux nombreux dossiers qui l’attendent. «C’est un gros mandat. Il y a plusieurs dossiers prioritaires», mentionne la députée en précisant qu’elle se penche déjà sur les horaires de factions des ambulanciers à La Tuque ainsi que sur l’accessibilité aux réseaux Internet et cellulaire.

Des ministres dans la région?

La prochaine étape importante du nouveau premier ministre, François Legault, est la composition de son conseil des ministres. À ce titre, les députés de la région Sonia LeBel et Donald Martel affirment faire confiance à leur chef. Les deux députés soutiennent qu’ils vont accepter, si jamais ils sont retenus pour faire partie du conseil des ministres, de remplir les tâches confiées par leur chef. L’annonce doit être faite jeudi.

«M. Legault a une équipe exceptionnelle. Il y a une qualité d’individus pour former son prochain conseil des ministres. Je n’ai pas d’attente. Il connaît ma loyauté et quoi qu’il me demande, je vais le faire avec plaisir», soutient Donald Martel.

Le premier ministre, François Legault, lors de l’assermentation du député de Trois-Rivières, Jean Boulet.

«Si le premier ministre décide de m’accorder ce très grand privilège de faire partie du conseil des ministres, je serais à ses côtés», note quant à elle Sonia LeBel.

Parallèlement, les nouveaux députés de la région s’affairent à recruter leur équipe de circonscription ainsi qu’à s’installer dans leurs nouveaux locaux.