Feu vert pour le dragage de la rivière Grand-Mère

SHAWINIGAN — Deux ans après avoir sonné l’alarme, les amoureux du parc de la Rivière-Grand-Mère peuvent enfin célébrer. En fin de journée vendredi, la Ville de Shawinigan a confirmé l’obtention du fameux certificat d’autorisation du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques qui lui permettra d’entreprendre les travaux de dragage vers la mi-octobre.

Nancy Déziel, conseillère du district de la Rivière, flottait encore sur un nuage, quelques heures après avoir obtenu la confirmation tant attendue.

«Quelle bonne nouvelle!», s’exclame-t-elle. «Les demandes de questions (du MDDELCC) nous amenaient toujours des doutes. Élyse Ménard (responsable de la division permis, urbanisme et environnement à la Ville) était toutefois confiante, en nous disant qu’il s’agissait de questions constructives, qui demandaient des détails. Elle m’avait rassurée et j’étais confiante, mais j’avais vraiment hâte de l’avoir.»

La Ville avait formulé une demande pour un certificat d’autorisation le 23 février 2018. Des compléments d’information ont dû être fournis le 17 septembre. Visiblement, la direction régionale du MDDELCC a ensuite pu rendre rapidement sa décision.

Les travaux porteront sur un milieu hydrique de 4500 mètres carrés. Ils consisteront à retirer des sédiments du bassin afin de réhabiliter les habitats fauniques.

Les travaux devraient débuter vers la mi-octobre et durer environ quatre semaines. Ils seront réalisés par l’entreprise Excent Environnement, qui avait obtenu le mandat pour la somme de 270 300 $ lors de la séance publique du 11 septembre.

Le Service de l’aménagement du territoire de la Ville élaborera un plan d’action pour limiter l’accumulation de sédiments dans le bassin à l’avenir.

«Je souhaitais que ça se fasse cette année car sinon, on aurait pu avoir des augmentations de prix ou même mettre en péril le projet, on ne sait jamais», souligne Mme Déziel. «Je suis vraiment contente!»

À la Corporation du parc de la Rivière-Grand-Mère, Réal Daneault n’était pas au courant de l’information lorsque Le Nouvelliste l’a contacté. «C’est bien vrai?», a-t-il lancé, visiblement soulagé. «Je vais faire des appels!»

Les membres de la corporation devraient être convoqués à une assemblée, cet automne, afin d’échanger sur les activités qui pourraient être offertes l’an prochain à ce parc, qui bénéficiera sans doute d’un nouvel élan.