Un lien cyclable verra le jour à moyen terme sous le pont de chemin de fer qui enjambe la rivière Saint-Maurice, à Trois-Rivières.

Feu vert au lien cyclable sur la rivière Saint-Maurice

Trois-Rivières — Voilà plusieurs années que le projet de piste cyclable sous le pont de chemin de fer Québec-Gatineau se discute au conseil municipal de Trois-Rivières, et tout indique que ce projet verra bientôt le jour. La Ville de Trois-Rivières a en effet reçu une subvention de 125 000$ de la Fédération canadienne des municipalités (FCM) afin de réaliser les travaux d’avant-projet, qui seront menés d’ici six à douze mois.

Le résultat de ces travaux permettra d’évaluer la faisabilité des différents scénarios pour cet audacieux projet, qui était d’ailleurs déjà inscrit au Plan triennal d’immobilisations mais pour lequel on attendait toujours une aide financière.

«On va de l’avant avec l’avant-projet. C’est notre souhait que ça se réalise, et nous avons une excellente ouverture de la part de la compagnie Québec-Gatineau, qui est aussi intéressée à ce que ça se réalise. Maintenant, l’avant-projet va nous permettre d’évaluer les différents scénarios, la stabilité des sols, les coûts, le design de l’aménagement. On veut que ça se concrétise et on croit qu’on a actuellement plusieurs cartes dans notre manche pour y parvenir», considère la porte-parole de la Ville, Cynthia Simard.

L’aide financière de 125 000$ a été approuvée dans le cadre du programme Municipalités pour l’innovation climatique de la FCM. Au total, au pays, ce sont près de 125 initiatives qui se partageront une enveloppe de 9,7 M$. Dans le cas de l’étude d’avant-projet pour cette passerelle, le montant devrait couvrir 100% des frais encourus, ajoute la Ville.

Pour le conseiller municipal Pierre-Luc Fortin, cette nouvelle avait un goût de victoire, lui qui a amené le sujet de la passerelle autour de la table du conseil municipal à peine quelques mois après sa première élection, en 2014. «À l’époque, on partait de loin, parce qu’au budget, il n’y avait rien pour le vélo. Mais nous avons créé un comité vélo, évalué les besoins, et ce tronçon-là revenait toujours au haut de la liste des priorités. On a déjà un lien sur le pont Duplessis avec une belle piste cyclable, mais il faut absolument qu’on ait aussi un accès plus au nord, pour pouvoir faire le lien entre le secteur Cap-de-la-Madeleine et le pôle institutionnel, par exemple. Cette passerelle sera un enjeu super important au sujet du développement de la mobilité durable dans notre ville», croit-il.

L’étude d’avant-projet permettra notamment de répondre à des questions non seulement sur la faisabilité de la passerelle, mais aussi sur les accès à cet équipement, tant du côté est qu’ouest. «Du côté du secteur Cap, ça va quand même bien. Par contre, du côté de Trois-Rivières, ça représente un certain défi d’aménager un accès et on va pouvoir explorer différents scénarios», mentionne le conseiller municipal.

Le fait que le projet ait obtenu une subvention de la FCM démontre par ailleurs que ce type de développement est dans l’ère du temps, soutient Pierre-Luc Fortin. «On a pu avoir du financement pour l’avant-projet, et on aura des partenaires pour la réalisation de la passerelle. On va être créatif, il faut que ça se fasse», martèle-t-il.

Ailleurs dans la région

D’autres projets dans la région ont également obtenu du financement dans le cadre de ce même programme. La SADC de la MRC de Maskinongé se voit octroyer un montant de 227 400$ pour sa Transition 2050 - En route vers la carboneutralité.

La Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie a aussi obtenu 125 000$ pour son étude opérationnelle pour une usine de raffinage de biogaz du site d’enfouissement (LET) de Saint-Étienne des Grès.

Finalement, la Ville de Shawinigan a reçu la somme de 100 000$ pour poursuivre son Plan d’action pour la réduction des gaz à effet de serre.