À l’avant, la présidente d’honneur, Myriam Fugère, d’Énergie 102,3 et la mascotte du Festival L’Aurore boréale, le Bo Réal. À l’arrière, de gauche à droite: Jean-Philippe Martin et Simon Brunelle du Complexe Laviolette et Guillaume Charlebois, directeur général du Festival.

Festival l’aurore boréale: 22 microbrasseries au rendez-vous

Trois-Rivières — Si vous vous demandez quoi mettre dans le bas de Noël de votre amateur de bières préféré, un billet pour la 3e édition du Festival L’Aurore boréale pourrait être une bonne idée.

L’événement revient en force les 2 et 3 février, à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières, avec une offre bonifiée puisque deux soirées de spectacles seront offertes aux participants, dont le groupe Valaire, le vendredi, dès 21 h 30, suivi d’un DJ qui animera le reste de la soirée.

Le lendemain, la soirée débutera avec le spectacle Hommage à Bob Bissonnette, à 21 h, suivi des Respectables, à 21 h 30.

Les billets sont en vente depuis le jeudi, 30 novembre, sur le site web www.festivalauroreboreale.com au coût de 15 $ en prévente ou de 20 $ à la porte, s’il en reste, car les organisateurs prévoient qu’ils disparaîtront vite puisqu’il n’y a que 1800 billets pour chacune des représentations.

«On veut donner un nouveau volet à notre festival», indique le directeur général de l’événement, Guillaume Charlebois. «On veut s’enligner davantage sur les amateurs de bières, offrir à tout le monde une grande variété d’exposants des quatre coins Québec avec des restaurateurs de la région», dit-il.

Le Festival veut rejoindre toute la famille et réservera pour elle, cette année encore, une plage horaire le samedi matin.

À l’aube de cette 3e édition, les organisateurs sont toujours convaincus que leur concept a sa place en hiver. «Présentement, on est deux, seulement, au Québec à faire un festival de bière hivernal», indique M. Charlebois. Il y a beaucoup de demandes auprès des microbrasseries pour les festivals d’été», dit-il.

Même si la microbrasserie Le Trou du Diable a récemment été achetée par Molson, elle fait partie des exposants. 

«Il y a encore l’essence même de la microbrasserie avec les mêmes procédés», fait valoir M. Charlebois. «Je crois que c’est intéressant d’avoir un gros joueur comme ça dans notre Festival qui ne néglige pas la méthode de brassage et l’essence même de cette entreprise-là», dit-il.

Bonne nouvelle pour les organisateurs, ce sont de plus en plus les microbrasseries qui demandent à participer au Festival et non l’inverse.

Il faut dire que l’achalandage est en croissance. Cette année, le Festival vise 4000 à 6000 participants. Le chiffre est conservateur puisqu’à la première édition, qui ne durait qu’une seule journée, il y avait eu quelque 2000 personnes et 4000, l’an dernier.

Jusqu’à présent, environ 80 % de la clientèle du Festival provient de Trois-Rivières, évaluent les organisateurs.

Quant aux microbrasseries, la plupart proviennent de la région, mais on en compte aussi une de l’Ontario, de Québec, de Farnham, de Saint-Casimir et d’Alma. Tous les restaurants présents (le Gambrinus, le Buck, le Temps d’une pinte, le Trèfle et le Contrebandier) sont de Trois-Rivières.