Il semble que la course du cochon graissé est plus difficile pour l'humain que pour l'animal.

Festival du cochon: plus difficile pour l'humain que pour le cochon

Le Festival du cochon de Sainte-Perpétue présentait samedi soir la traditionnelle course du cochon graissé. Dans les dernières années, cet événement a souvent fait ombrage au festival lui-même, en raison des craintes du public pour la sécurité de l'animal. Or, les organisateurs estiment que la population devrait plutôt s'inquiéter de la santé des participants, qui ont parfois du mal à se remettre de leur séjour dans la boue.
C'est devant des estrades bondées que s'est déroulée la course du cochon graissé.
Le Festival du cochon de Sainte-Perpétue célèbrait cette année ses 40 ans d'existence. Les célébrations entourant cet anniversaire seraient évidemment incomplètes sans la course du cochon graissé. Pour les amateurs, cette activité fait partie de l'ADN du festival, même si elle est aujourd'hui controversée. À l'occasion de la course, Le Nouvelliste s'est entretenu avec Paul Jutras, président du Centre des Sports et Loisirs de Sainte-Perpétue. 
M. Jutras a réitéré que non seulement les cochons étaient bien traités, mais aussi que les humains se souviennent longtemps de leur expérience. «Les cochons gagnent environ 85 % des courses du cochon graissé. Ce sont les humains qui ont du mal à les suivre. Le lundi matin, c'est plus difficile pour eux d'aller travailler, en raison des courbatures. Courir dans une boue de huit pouces est plutôt exigeant. J'ai déjà essayé, et c'est assez difficile», constate-t-il.
Le président du Centre des Sports et Loisirs a ajouté que le Festival du cochon présentait un dossier impeccable en matière de traitement des animaux. «En 40 ans, il n'y a jamais eu d'incidents avec nos cochons. Il n'y a pas eu de décès ou de pattes cassées. Nous avons une réglementation très stricte, et il y a un vétérinaire sur place. Les cochons sont nourris, ils ont de l'eau, en fait, ils ont tout», assure-t-il. Au sujet de la réglementation, rappelons que le participant n'a pas le droit de brutaliser le cochon, ni de le prendre par les oreilles ou la queue.
Cette année, le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) a envoyé des agents sur le terrain pour veiller au bon traitement des cochons. M. Jutras a accueilli leur présence avec un certain enthousiasme. «Nous sommes contents que les agents du MAPAQ soient là. Le Festival du cochon se sentait toujours ciblé quand il était question du stress de l'animal. Mais il faut savoir que le MAPAQ ne vient pas seulement au Festival du cochon: il se rend également dans plusieurs événements au Québec, comme les rodéos. Ils sont plus attentifs, car il y a eu une loi adoptée au mois de novembre», explique-t-il.
Paul Jutras, président du Centre des Sports et Loisirs de Sainte-Perpétue.
Toujours populaire
C'est devant des estrades bondées que s'est déroulée la course du cochon graissé. Les participants disposaient de 90 secondes pour attraper le cochon à bras-le-corps, et pour le déposer dans un bac au centre de l'enclos. Ils devaient également relever des défis, ou encore détruire des tirelires à la hache pour obtenir des prix. Les tirelires étaient évidemment en forme de cochon.
Somme toute, M. Jutras était satisfait du déroulement du Festival. «Ça se déroule très bien. Jeudi soir, il a fait beau. Hier (vendredi), nous avons eu de la pluie, mais les gens sont quand même venus en très grand nombre pour les Cowboys [Fringants]. Cet avant-midi et cet après-midi, nous avons encore eu de la pluie, ce qui nous a obligé à annuler les tires de chevaux. Par contre, ce soir (samedi), pour la course du cochon graissé, l'événement majeur du Festival du cochon depuis 40 ans, il faut beau. Nous devrions donc pouvoir nous reprendre, surtout qu'Éric Lapointe s'en vient après la course», souligne-t-il.
Au sujet du rocker, les gens ont commencé très tôt à se rassembler devant la scène. C'est finalement une foule impressionnante qui a accueilli Éric Lapointe, sous un tonnerre d'applaudissements.
Les festivités se sont poursuivies au cours de la journée de dimanche alors que des courses de tracteurs à gazon modifiés, des démonstrations de bûcherons et un drag de rue étaient notamment au programme.