Le petit Sanctuaire était plein à craquer lors de la messe solennelle en créole, mercredi, dans le cadre du Festival de l’Assomption.

Festival de l'Assomption: des visiteurs de tous les horizons

TROIS-RIVIÈRES — Une importante délégation de la diaspora haïtienne est arrivée, mercredi, au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, dans le cadre du Festival de l’Assomption. Ces quelque 15 000 personnes se sont mêlées à la fête afin de prendre part aux différentes activités qui se terminent ce jeudi. Messes solennelles et processions aux flambeaux: voici ce que la programmation réserve aux festivaliers afin de clore en beauté cette 10e édition.

«On est très fier de constater que les Haïtiens sont des fidèles. Cette année, c’est un point tellement magique du festival de voir ces gens débarquer en masse et d’être des vrais admirateurs. Ils sont groupies du Sanctuaire», s’exclame Marc-André Pelletier, coordonnateur aux communications et événements au Sanctuaire.

Notamment, le public haïtien a profité de l’occasion pour assister à la messe solennelle en créole, mercredi midi. En vue de la popularité du rassemblement, le petit Sanctuaire était plein à craquer. Quelques festivaliers ont dû assister aux célébrations à partir de l’extérieur, faute de place. D’ailleurs, la chorale new-yorkaise St. Boniface était présente pour animer la messe.

Des Haïtiens d’ici et d’ailleurs ont participé à la cérémonie. «Je suis chrétienne, donc j’assiste à des messes depuis que je suis petite avec ma maman. C’est comme une sorte de rituel de venir ici chaque année. La messe était célébrée en créole. Je me retrouvais beaucoup. Je trouve que c’était une belle messe», explique Cathiana André, une Haïtienne qui habite à Laval.

Des sourires satisfaits se lisaient sur les visages des festivaliers lorsqu’ils sortaient de la chapelle. «On a été satisfait. C’était vraiment une belle messe bien animée. C’est la première fois que je viens ici et j’ai été impressionnée. Je viens de New York», souligne Carole Sorel.

La chorale new yorkaise St. Boniface était présente pour animer la messe.

Quant à Nadia Charles, c’est la deuxième fois qu’elle assiste à l’événement. «C’est merveilleux le Festival de l’Assomption. Dès qu’on entre sur le site, on est déjà en communication avec Dieu», témoigne-t-elle. Cette Haïtienne, qui vient de Philadelphie, fait partie de la chorale qui chantera lors de la messe solennelle de jeudi. Elle se réjouit de pouvoir profiter des activités à la veille de sa performance.

Dans la même lignée, la chanteuse Valérie Clio a foulé la scène du festival pour présenter un spectacle en français, en anglais et en créole. C’est la première fois que l’artiste d’origine haïtienne présentait son spectacle solo.

Parmi les incontournables de la journée, Monseigneur Pierre-Olivier Tremblay, le recteur du Sanctuaire, a présenté une conférence sur l’avenir des sanctuaires. Cette présentation était d’ailleurs très attendue du public.

Une dernière journée pour célébrer l’Assomption

Plusieurs activités ponctueront la journée de jeudi pour célébrer en grand l’Assomption de la Vierge Marie. «Il y a les messes solennelles à 10 h et à midi. Respectivement, c’est une messe solennelle classique et l’autre c’est une messe créole. Ce sont deux messes où on invite les grands dignitaires. C’est notre façon à nous de faire un événement d’envergure avec la population», assure M. Pelletier. La chorale de Philadelphie sera présente lors de la cérémonie créole. Les deux activités se dérouleront à la basilique.

L’événement se terminera avec la procession aux flambeaux et le feu de joie à 20h30 dans les jardins. «On se promène dans les jardins du Sanctuaire avec des flambeaux et il y a toujours quelques centaines de personnes. L’année passée, on était près de 900. C’est vraiment l’activité qui sert à clore le festival sur une note plus nostalgique qui est toujours axé sur le thème de l’année, soit l’avenir entre nos mains», amène M. Pelletier.

Nadia Charles était heureuse d’assister à la messe créole de mercredi. D’ailleurs, elle chantera dès jeudi lors de la messe de midi afin d’accompagner ses collègues qui proviennent de Philadelphie.

L’activité est d’une durée de 45 minutes. Les festivaliers viennent prier ou chanter, mais plusieurs curieux viennent aussi admirer le défilé de lumières.

Jusqu’à présent, les organisateurs tirent un bilan positif de cette 10e édition. M. Pellerin est d’ailleurs très satisfait de l’affluence qu’il y a eu sur le site. «À l’œil, ça a l’air de se comparer avantageusement à nos meilleures années. On a des fréquentations extraordinaires en termes de place pour les conférences et les spectacles. Ça a été très fort là-dessus. La moyenne de nos célébrations religieuses était en hausse», conclut le coordonnateur aux communications et événements au Sanctuaire.