Le défilé du Festival de la galette de sarrasin attire plusieurs dizaines de milliers de visiteurs.
Le défilé du Festival de la galette de sarrasin attire plusieurs dizaines de milliers de visiteurs.

Festival de la galette de sarrasin: une décision d'ici fin avril

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Le conseil d’administration du Festival de la galette de sarrasin de Louiseville décidera d’ici la fin du mois d’avril si l’activité sera présentée ou non cet automne.

Le 42e Festival de la galette de sarrasin doit avoir lieu du 2 au 11 octobre, soit dans un peu moins de six mois. Mais devant les annonces d’annulation d’événements qui s’accumulent depuis les derniers jours, les membres du conseil réfléchissent comme jamais à ce qu’il adviendra de cet événement en 2020.

«Ça fait trois semaines qu’on pèse le pour et le contre. Au conseil d’administration, c’est partagé comme décision. Mais hier (mercredi), le Festival western (de Saint-Tite) a été annulé. Ça se rapproche de nos dates. Les festivals sont annulés jusqu’au 31 août. Mais on ne connaît pas la mentalité des gens. T’as beau lever le confinement, ça ne veut pas dire que ça va se garrocher dans de grosses foules. On est un festival qui attire 80 000 à 100 000 personnes durant le défilé. Comment veux-tu demander de respecter le deux mètres?», se demande André Auger, le président de l’événement, à propos de la règle d'espacement mutuel.


André Auger, président du Festival de la galette de sarrasin de Louiseville.

La direction du festival ne veut courir aucun risque concernant la santé des festivaliers et des membres de son équipe. D’un autre côté, la préparation d’un tel événement exige beaucoup d’effort et de nombreuses démarches ont déjà été faites jusqu’à maintenant.

«Pour les spectacles, j’ai averti le responsable de se faire faire des prix, mais on n’a aucun contrat signé. Si on n’a pas de festival, je vais contacter les artistes et ils vont comprendre, car tout est annulé. Mais si on a un festival, nos artistes sont choisis, on a aussi des artistes qui sont en stand-by. Pour la location d’équipements, c’est la même chose. Rien n’a été loué. Je n’ai pas les mains liées du tout avec des contrats. On ne court pas après le trouble.»

Une chose est cependant sûre pour André Auger. Si le festival est présenté, il le sera en sa totalité.

«On le fait pour 10 jours ou on ne le fait pas. Mais mon inquiétude, comme président, c’est que tu peux organiser un festival. Des gens vont venir. Mais si 50 % de tes visiteurs ne viennent pas, tu es déficitaire. Des gens qui ne travaillent pas, est-ce qu’ils vont avoir de l’argent dans leur poche pour sortir? C’est assez d’ouvrage à organiser, ça prend du monde.»