Les festivaliers ont répondu présent en nombre à l'appel du défilé du Festival de la galette de sarrasin de Louisveille, dimanche.

Festival de la galette de sarrasin: Les festivaliers au rendez-vous pour le défilé

LOUISEVILLE — Le ciel gris n’a pas découragé les milliers de personnes venues voir le traditionnel défilé du Festival de la galette de sarrasin de prendre d’assaut les rues de Louiseville, dimanche.

«C’est ma première fois ici et je suis agréablement surpris: la température est clémente et la galette est bonne, se réjouit Denis Noiseux, venu de Saint-Mathias-sur-Richelieu. Tout est agréable, il y a de belles activités pour les jeunes. Ça vaut le déplacement.»

Les habitués du festival étaient également nombreux à être au rendez-vous du défilé. Richard Grenier, de Sainte-Marthe, en Montérégie, est un vétéran de la galette, lui qui vient depuis 27 ans s’approvisionner en farine de sarrasin à Louiseville. «C’est notre dernière sortie de l’année en VR, alors on vient ici et on achète de la farine de sarrasin, 90 à 100 livres, et on distribue ça avec nos amis. On aime tous la galette de sarrasin.»

«La parade, c’est mélangé, il y a de la fanfare, des autos, des chevaux, poursuit M. Grenier. C’est diversifié.»

André Auger, président du festival, était fier, dimanche, du défilé de cette 40e édition. 

«La rue principale était bondée, même à des endroits où c’est moins plein habituellement, constate M. Auger. Aussi, il y avait beaucoup plus d’unités [dans le défilé] que d’habitude.»

La météo a été du côté de l’organisation: elle n’a pas gâché la fête au défilé de dimanche, comme ça avait été le cas en 2017. Par ailleurs, la pluie tombée au courant de la semaine n’a pas affecté le festival outre mesure, puisque les activités prévues se passaient à l’intérieur. 

Le festival s’est conclu dimanche soir, avec le couronnement de Marie-Christine Lefebvre comme reine-meunière. 

Les spectacles font un carton

L’organisation avait mis le paquet sur les spectacles en leur accordant un plus gros budget pour ce 40e anniversaire, un choix qui semble gagnant, selon M. Auger. «Je pense qu’on devrait avoir un record pour l’ensemble des spectacles, la réponse était très bonne. Il faut dire qu’on avait rehaussé les investissements dans les spectacles. Maintenant, il faut voir si c’est rentable de le répéter l’an prochain.» 

Le président du festival dit d’ailleurs avoir reçu de nombreux commentaires positifs sur le spectacle de la soirée du 6 octobre, qui mettait en vedette les groupes Famous et Hitlist, qui reprenaient des succès allant de la pop au disco et au rock. 

Le derby démolition du 29 septembre a par ailleurs tellement fonctionné que non seulement il sera assurément de retour en 2019, mais l’organisation songe même à augmenter le nombre d’activités de ce type. 

«Les gens ont répondu au-delà de nos attentes, confirme M. Auger. Je crois que l’an prochain, on va faire au minimum deux ou trois activités semblables, pour les gens qui veulent de l’adrénaline, et ils étaient nombreux.»

Par ailleurs, la Place de la famille est assurée de revenir l’an prochain, puisque le festival a conclu une entente pour trois ans avec les propriétaires du terrain où se situait auparavant le restaurant El Greco. Quelques problématiques mineures ont toutefois été constatées pendant le festival pour ce site. «L’an prochain, on va s’arranger pour avoir des toilettes sur place, indique M. Auger. On a aussi eu des problèmes avec des parents qui fumaient dans l’espace des jeunes, il va falloir qu’on mette des pancartes, qu’on avertisse davantage les parents.»

Le président du festival songe également à ajouter de l’éclairage pour permettre aux enfants de profiter plus longtemps de l’espace qui leur est réservé.