La nouvelle surface synthétique intérieure est prête à accueillir la clientèle.

Fermeture temporaire du CSAD

Trois-Rivières — Le Complexe sportif Alphonse-Desjardins fermera temporairement ses portes du vendredi 30 août, 17 h, au mardi 3 septembre, 6 h. Cette fermeture est nécessaire à cause d’importants travaux en électricité entrepris dans le cadre de la réfection du système de réfrigération de la patinoire olympique.

Les activités prévues à l’aréna Jean-Guy-Talbot et à la surface synthétique extérieure du parc Martin-Bergeron se dérouleront toutefois normalement. Par contre, pour les deux prochaines semaines, «la glace va être fermée afin de procéder à la connexion du nouveau système de réfrigération», précise le directeur général du CSAD, David Labrecque. Les opérations de la glace olympique reprendront le 16 septembre si tout va bien, dit-il.

Rappelons que le CSAD avait annoncé des travaux de près de 6,2 M$, l’an dernier, touchant les surfaces sportives, les systèmes de fonctionnement ainsi que les zones touchées par la pyrrhotite. La réfection du système de réfrigération faisait partie des travaux, de même que le nouveau tapis synthétique intérieur qui vient d’être installé et qui est prêt à recevoir la clientèle scolaire et grand public.

Le CSAD, rappelons-le, avait fait l’objet de recommandations du vérificateur général du Québec, il y a quelques années à la suite de problèmes de gestion. L’an dernier, le VGQ a octroyé une note de 100 % au CSAD pour l’exécution de ses recommandations, affirme David Labrecque qui a redressé la situation du Centre.

Le litige sur les vices de construction s’est également réglé hors cour, rappelle-t-il. Bref, le CSAD est maintenant sur une lancée complètement renouvelée et différente, cette année. «Le redressement est complété», se réjouit M. Labrecque. «On n’est même plus en phase de stabilisation», souligne-t-il, «mais en phase de développement de nouveaux projets et de nouvelles activités».

L’administration du CSAD a d’ailleurs rencontré récemment le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, afin de le mettre au parfum de sa situation et de ses projets. «Il est venu visiter le complexe», dit-il.