Le glissement de terrain s’est produit au kilomètre 11 sur la route 155 à Grandes-Piles.
Le glissement de terrain s’est produit au kilomètre 11 sur la route 155 à Grandes-Piles.

Fermeture de la route 155 à Grandes-Piles: «Je pense qu’on en a encore pour une bonne semaine»

Grandes-Piles — Depuis maintenant une semaine, la route 155 est fermée entre Saint-Roch-de-Mékinac et le carrefour giratoire du secteur Saint-Georges-de-Champlain en raison d’un glissement de terrain survenu à Grandes-Piles. La situation pourrait durer encore plusieurs jours, car on ne sait toujours pas quand elle sera ouverte à nouveau. Les automobilistes doivent toujours emprunter un détour d’environ 25 km par les routes 153 et 159, par Saint-Tite.

«On attend des nouvelles. Transport Québec est toujours à évaluer les causes du glissement de terrain et surtout la façon de sécuriser la zone affectée. Il y a des analyses qui ont été faites sur la paroi rocheuse. […] C’est quand même majeur comme éboulis. Il y a 25 pieds de terre argileuse sur la route», indique Michel Germain, maire de Grandes-Piles.

«Je n’ai pas encore l’information sur la nature des travaux, mais on devrait m’informer lorsqu’il y aura une décision de prise. Par contre, je pense qu’on en a encore pour une bonne semaine. Quand on va avoir enlevé tout ça, est-ce que la fondation de la route va avoir été endommagée? Il y a encore beaucoup de points d’interrogation», ajoute-t-il.

Rappelons que le glissement de terrain s’est produit au kilomètre 11, lundi dernier, à la hauteur de Grandes-Piles. Les débris ont complètement bloqué la route, mais n’ont pas atteint la rivière Saint-Maurice.

La route a été fermée et sécurisée par les autorités. Une équipe spécialisée en glissement de terrain et géotechnique du ministère du Transport (MTQ) a été dépêchée sur les lieux mardi dernier. Une première inspection a été faite et des mesures immédiates ont été prises pour assurer la sécurité des lieux.

Une analyse plus poussée avait également été demandée à l’aide d’un drone afin d’obtenir une imagerie qui permettrait de mieux identifier les mesures et la nature des travaux à effectuer pour sécuriser le secteur.

Une évaluation supplémentaire a aussi été demandée jeudi dernier concernant la paroi rocheuse pour évaluer les risques associés à la chute de blocs.

«On est en attente des résultats de ces analyses-là. Le ministère est prêt à commencer les travaux dans le but de rouvrir la route le plus rapidement possible dès la réception des résultats des expertises. En ce moment, il est trop tôt pour connaître la nature des travaux et l’échéance de ces travaux-là», a indiqué Roxanne Pellerin, porte-parole régionale du MTQ pour la Mauricie et le Centre-du-Québec.

«Il faut un bon topo du terrain afin de faire les bons travaux pour sécuriser les lieux», a-t-elle ajouté.

À Grandes-Piles, la circulation a grandement diminué, voire presque disparu en raison de cet important glissement de terrain.

«C’est le calme plat. Il n’y a plus de trafic du tout contrairement à Saint-Tite où la circulation a beaucoup augmenté du jour au lendemain. Ça vient aider à notre confinement je dirais», a conclu le maire.