Le nouveau maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, a présenté son premier budget qui est caractérisé par une réduction du budget de fonctionnement de près d’un million de dollars.

Faible hausse de taxes à La Tuque

La Tuque — Pour son premier exercice budgétaire adopté mercredi soir et qui s’élève à 28,7 millions de dollars, le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, a réservé une hausse de taxes moyenne de 1,87 % à ses contribuables et une réduction du budget de fonctionnement de 965 540 dollars. Pour une résidence unifamiliale évaluée à 100 000 dollars, cela représente une augmentation de 25 dollars.

Quant aux taxes de service pour la Ville de La Tuque, excluant Parent, la hausse est de 4,66 % pour l’aqueduc et l’égout et 1,35 % pour les matières résiduelles. À Parent, le bond est de 15,04 % pour l’aqueduc et l’égout, mais on observe une baisse de 3,39 % des taxes reliées aux matières résiduelles. Rien ne bouge du côté des matières recyclables. 

«En 2018, nos revenus sont caractérisés principalement par une réduction de nos subventions gouvernementales et par une réduction des revenus des quotes-parts de l’agglomération. Avec les coupures récurrentes du pacte fiscal depuis 2015, nous avons un manque à gagner de 1,9 million $ pour 2018. Depuis trois ans, les subventions cumulatives du gouvernement ont été réduites de 3,9 millions $, ce qui représente plus de 10 % du budget annuel de la municipalité», a expliqué le directeur général, Marco Lethiecq, dans son discours du budget 2018.

Parmi les mesures à signaler, on note l’arrêt du projet pilote du balisage de la rivière Saint-Maurice et de la marina municipale, pour une économie annuelle de 218 000 $, ainsi que la réduction du budget touristique de 225 000 $. 

Réduction du budget des parcs et de l’aide aux événements de l’ordre de 100 000 $, diminution du budget des frais de déplacement, de formation et de publicité de l’ordre de 51 000 $, baisse de la masse salariale de 0,2 %, réduction du budget des pièces et accessoires de 78 000 $ et diminution des subventions aux organismes de 122 000 $: voilà d’autres faits saillants.

«À court terme, nous amorcerons un chantier de très grande importance sur la gestion des matières résiduelles pour améliorer notre performance en recyclage et implanter le compostage. La gestion des matières résiduelles représente 10 % du budget de la municipalité et ces dépenses sont en croissance de 10 % annuellement. Cette situation doit être améliorée rapidement. Tous les citoyens ont un rôle à jouer pour l’atteinte de cet objectif. Nous devons être plus conscients de l’impact de la gestion de nos déchets sur notre environnement, ainsi que l’impact de nos actions à ce chapitre sur le compte de taxes de tous les contribuables», a précisé M. Lethiecq.

Selon le profil financier ministériel 2017, la charge fiscale moyenne des résidences d’un logement à La Tuque est de 1964 $, alors qu’elle est de 3107 $ dans les villes de la même classe de population, de 2387 $ en Mauricie et de 2718 $ au Québec. Au niveau de l’endettement net à long terme par unité d’évaluation, La Tuque se situe à 3641 $, alors que les villes de la même classe de population sont à 5230 $, la Mauricie à 4929 $ et le reste du Québec à 5865 $. 

Les dépenses prévues au programme triennal d’immobilisations pour 2018 sont de 4 327 908 $ pour les compétences de nature locale et de 856 920 $ pour les compétences d’agglomération.