La 37e Expo Habitat se déroule jusqu'à dimanche à la Bâtisse industrielle et à l'aréna Claude-Mongrain.

Expo habitat: le numérique et l’habitation font bon ménage

Trois-Rivières — L’Expo habitat se poursuivait cette fin de semaine, à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières et à l’aréna Claude-Mongrain. Une dizaine de milliers de personnes était attendue à cet événement, qui est l’occasion de magasiner des services et ameublements, et de se mettre à jour sur les tendances dans les matériaux de construction, l’aménagement et la décoration intérieure.

L’Expo habitat attire en moyenne 12 000 personnes chaque année, un nombre qui se maintient, à la surprise de Maxime Rodrigue, directeur général de L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) Mauricie-Lanaudière.

«Avec l’importance qu’occupent les médias sociaux et Internet, on pensait qu’éventuellement, l’achalandage diminuerait, mais on se rend compte que les gens veulent encore voir et parler à des gens, explique-t-il. Je crois que c’est le secret du succès de l’Expo habitat, les visiteurs veulent avoir un contact humain. Ils peuvent aussi toucher aux matériaux, ce qui est intéressant.»

Cela ne veut pas dire pour autant que l’ère numérique ne se fait pas sentir à l’Expo, qui en était à sa 37e édition cette année. «Les gens ciblent plus qu’avant ce qu’ils veulent, remarque M. Rodrigue. Je dirais que c’est mieux pour les exposants, parce qu’ils se renseignent sur Internet et viennent ici pour concrétiser leurs souhaits. Ils peuvent même comparer les prix avec les concurrents.»

Il était encore trop tôt pour connaître, dimanche, le nombre de visiteurs qui ont franchi les portes de l’Expo Habitat ces quatre derniers jours. Maxime Rodrigue s’attend à ce qu’il soit légèrement moins élevé que l’an dernier, sans que cela l’inquiète pour autant.

«Ç’a été un très bon week-end, rempli de visiteurs. On a peut-être eu un peu moins d’achalandage que l’an dernier, mais ça s’est très bien passé dans l’ensemble. Les exposants étaient très contents», affirme-t-il.  

Déco techno

La technologie force également les entreprises de décoration intérieure à rester davantage à l’affût des nouvelles tendances dans ce domaine, qui viennent pour la plupart d’Europe. «On a, au Québec, un décalage de plusieurs années sur les tendances en décoration qui prédominent en Europe, explique Nancy Gagné, designer d’intérieur. Ça s’explique par le fait que les compagnies québécoises vont dans les salons en Europe, à Milan, par exemple, et que ça prend du temps avant que leurs nouvelles collections sortent ici.»

Alors que le monde entier est littéralement accessible en quelques clics, le client est donc désormais plus rapidement au courant des nouvelles tendances. «Quand les gens font des recherches sur Pinterest en Français, ils voient plein d’images d’aménagements et de décors en Europe, alors ça oblige les entreprises à amener ces tendances plus rapidement ici, illustre Mme Gagné. On commence à rattraper notre retard, mais il reste encore un décalage, c’est sûr.»

L’évolution technologique offre également de nouvelles possibilités pour personnaliser les éléments de décoration de maison, indique Mme Gagné.

«Les gens amènent leurs images et ils peuvent demander à les intégrer dans des motifs et des couleurs qu’ils choisissent. Ça se fait depuis un moment, mais aujourd’hui, c’est beaucoup plus abordable qu’avant. On est rendu à un point où la seule limite, c’est l’imagination.»

Au-delà de la décoration intérieure, la technologie est très présente dans les maisons modernes, grâce à la domotique. La Maison techno était d’ailleurs au nombre des exposants, pour une troisième année, pour présenter les divers rôles que joue la technologie, notamment pour contrôler les alarmes, le chauffage et l’éclairage à distance, à l’aide d’une application mobile.

Parmi les exposants, notons que les villes de Trois-Rivières, Bécancour et Nicolet avaient chacune leur kiosque sur place. Elles y présentaient les services qu’elles offrent à leurs citoyens et les terrains disponibles. La mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, était d’ailleurs sur place pour ‘‘vendre’’ sa ville à de potentiels nouveaux résidents. La Ville de Trois-Rivières, de son côté, donnait de l’information sur le recyclage et la collecte des matières résiduelles aux visiteurs.

Des dizaines d’exposants présentaient également leurs choix de matériaux de construction, de maisons préfabriquées, de cuisines et salles de bain, ainsi que dans d’autres services connexes.