Isabelle Bordeleau est directrice générale du Forum Jeunesse Mauricie.

Exode des jeunes: la concertation au coeur des solutions

Pour Isabelle Bordeleau, directrice générale du Forum Jeunesse Mauricie, le remède au phénomène de l'exode des jeunes passe par la concertation. Plusieurs démarches et projets sont nés de stratégies régionales, ces dernières années, avec l'objectif de freiner la désertion et d'encourager l'attrait, l'accueil et la rétention des jeunes en Mauricie.
Les Forums jeunesse régionaux ont été créés en prévision du Sommet du Québec et de la Jeunesse de 2000. Depuis, les activités du Forum Jeunesse Mauricie (FJM) ont évolué, mais avec le même souci de favoriser la concertation régionale dans les dossiers concernant les jeunes de 12 à 35 ans, et de stimuler l'implication de ceux-ci dans leur milieu.
La question de la migration des jeunes n'est pas directement formulée dans les mandats des Forums jeunesse, mais comme l'indique la directrice de l'organisme mauricien, les entités régionales bénéficient de la latitude d'adapter les mandats généraux aux problématiques propres à leur territoire.
En 2006, le FJM s'est allié à la Conférence régionale des élus et aux Carrefours jeunesse-emploi (CJE) de la région pour créer Destination Mauricie, une structure visant à influencer positivement la migration des jeunes adultes en Mauricie. Une première entente triennale a été renouvelée en 2009, et les actions de cette initiative concertée se sont achevées en décembre 2013.
Comme le mentionne Mme Bordeleau, l'emploi est souvent au coeur de la décision d'un jeune de rester ou de s'établir dans une région ou une autre. Les questions plus qualitatives s'y greffent après. Quand il s'agit d'un retour dans la région ou d'une nouvelle migration, plusieurs autres aspects doivent être considérés une fois l'emploi acquis, comme par exemple la recherche d'une maison, d'un emploi pour le conjoint, d'une garderie ou d'une école pour les enfants.
Les objectifs de Destination Mauricie visaient le recrutement de main-d'oeuvre et le soutien aux intervenants concernés dans l'accueil des nouveaux arrivants. La promotion des avantages comparatifs de la Mauricie et l'amélioration de son image auprès des jeunes font aussi partie des objectifs liés à la perception et à la valorisation de la région. Selon Isabelle Bordeleau, il faut travailler sur la fierté et sur l'ancrage du sentiment que oui, un avenir est possible en Mauricie.
Mais si l'emploi est la clé de voûte de l'installation dans une région, encore faut-il avoir des emplois à pourvoir. Et Mme Bordeleau le concède, les récentes fermetures d'usines ou celles annoncées ou craintes, n'aident en rien ni à l'offre d'emploi, ni à l'image de la région. «Je suis quand même optimiste. Je crois qu'on a atteint un plancher», affirme-t-elle en percevant de l'espoir dans les stratégies de diversification économique et le développement de centres de recherche, entre autres.
«Avec la concertation, je suis convaincue qu'on peut mettre en place des conditions gagnantes. En Mauricie on a les ressources, l'expertise, et on est près des grands marchés pour créer des conditions gagnantes pour attirer les entrepreneurs, qui sont des gens pragmatiques», observe-t-elle.
Des actions concrètes
Par le biais de Destination Mauricie, les jeunes ont pu bénéficier de soutien individuel à distance par un «agent de migration». En 2012-2103, 384 jeunes de 18 à 35 ans se sont prévalus de ce service dans leurs démarches de retour ou d'établissement en Mauricie. De plus, près de 4000 abonnés reçoivent chaque semaine le cyberbulletin Place aux jeunes, qui publie les offres d'emploi dans chaque MRC, relaie diverses nouvelles et fait état des activités qui animent le territoire.
Via le programme Place aux jeunes et les CJE, des «séjours exploratoires» sont aussi mis en place pour les jeunes diplômés établis à l'extérieur de la région ou qui songent à la quitter. Ces séjours permettent de découvrir les attraits touristiques et les opportunités de démarrage d'entreprise, et aussi de rencontrer les intervenants sociéconomiques et les employeurs de la Mauricie. Deux cent quinze personnes ont participé à ces séjours en Mauricie en 2012-2013.
Enfin, l'activité Place aux jeunes ados s'adresse aux jeunes du secondaire et se concentre sur la création d'un sentiment d'appartenance à la région, en plus de faire connaître les domaines d'avenir et de les sensibiliser à l'implication citoyenne comme moyen d'«améliorer» sa région.
Quarante-quatre jeunes adultes de 18 à 35 ans sont venus s'établir sur le territoire à la suite de leur participation aux séjours exploratoires ou au soutien à distance des agents de migration.
La structure de Destination Mauricie est arrivée à sa fin de vie en décembre 2013. «L'héritage de ce projet-là aura été de créer des habitudes de concertation. En 2006, ce n'était pas évident d'asseoir tous les CJE et tous les autres intervenants ensemble, tout en respectant les prérogatives du local et du régional», commente Isabelle Bordeleau.