À Trois-Rivières, Réal Morel et Céline Ménard ont sorti souffleuse et pelle pour dégager leur entrée.

Et ce n’est pas fini

TROIS-RIVIÈRES — Le soubresaut hivernal qui s’est manifesté mercredi sur la région va se répéter vendredi et samedi.

Selon Environnement Canada, une autre dépression s’approche du Québec et laissera entre 5 et 10 centimètres de neige.

«C’est un système qui provient de l’Ouest canadien qui passe plus rapidement que le système actuel. Il sera moins chargé d’humidité et ce n’est que la neige qui est prévue», raconte Steve Boily, météorologue chez Environnement Canada.

Plus de 10 centimètres sont tombés mercredi à Trois-Rivières, alors que Shawinigan a reçu jusqu’à 16 centimètres de neige.

«C’est passablement de neige pour un début avril. Au cours des 30 dernières années, la moyenne de précipitations pour tout le mois d’avril est de 13 cm. Et on n’a pas forcément une bonne bordée de neige chaque année», ajoute M. Boily, en rappelant que 43 centimètres sont tombés le 3 avril 1975 à Trois-Rivières.

En attendant la prochaine chute de neige printanière, la Mauricie a goûté à une véritable macédoine météorologique avec beaucoup de neige pour un mois d’avril, mais aussi du grésil. Le Centre-du-Québec était davantage arrosé d’une bonne quantité de pluie à mesure qu’on s’éloignait du fleuve Saint-Laurent.

La tempête de neige a compliqué les déplacements.

Ce mélange de précipitations était facilement observable par les employés du ministère des Transports lors de l’opération déneigement.

«On a près de 150 véhicules sur les routes pour un réseau de 3200 kilomètres à entretenir. Le territoire est grand: si on est à Drummondville, on est sur de la chaussée mouillée. Mais sur la 155 à La Tuque, on est sur une chaussée enneigée et on a une visibilité réduite», explique Jean Lamarche, porte-parole régional du MTQ.

Les forts vents notés durant plusieurs heures ont forcé les employés du ministère des Transports à appliquer du sel de déglaçage. La température variait entre 0 et -7 degrés. Des lames de neige et de la glace noire recouvraient quelques secteurs du réseau routier.

À Trois-Rivières, quelque 100 véhicules de tout genre étaient sur les routes pour cette opération de déneigement. Cela n’entraînera pas de dépassement de budget, mais la Ville commence à avoir des sites à neiges usées assez remplis.

«Avec ce qu’on a calculé ce matin, on est rendu à 244 cm de neige et la moyenne annuelle est de 250 cm. Et il va s’en ajouter. On arrive presque à la limite de ce qu’on peut recevoir pour les sites, mais on sera en mesure de faire le travail», constate le porte-parole, Yvan Toutant, en précisant que le transport de neige devait commencer la nuit dernière.

Qui dit mélange de précipitations dit circulation difficile. À ce niveau, le portrait a été moins pire que prévu. La Sûreté du Québec a enregistré des sorties de route et des accidents, mais seulement des dommages matériels ont été observés.

De nombreuses sorties de route sont survenues mercredi, dont celle-ci sur l’avenue du Capitaine Veilleux à Shawinigan.

La situation est semblable du côté de Trois-Rivières. La journée a été meublée de quelques accrochages, mais rien de majeur. Une déneigeuse a toutefois heurté un poteau dans le secteur de la rue Corbeil.

Gardez vos pneus d’hiver
Avec ce flash hivernal, le CAA-Québec recommande aux usagers de la route de conserver leurs pneus d’hiver encore quelques jours même si la loi provinciale permet de rouler sur des pneus toute saison depuis le 16 mars.

«C’est encore l’hiver dans bien des régions du Québec, déclare Philippe St-Pierre, directeur des affaires publiques du CAA-Québec. Avec les températures basses qui vont se maintenir, on garde les pneus d’hiver.»

Un pneu toute saison perd de son adhérence lorsque la température baisse à 7 degrés. Il faut patienter jusqu’au 10 avril en moyenne pour observer ces températures en Mauricie, alors qu’il faut attendre jusqu’au 15 avril pour Québec et le Saguenay.

«Il n’y a aucune inquiétude d’user prématurément un pneu d’hiver, car il ne fait pas assez chaud, note M. St-Pierre. Des gens disent aussi qu’ils préfèrent la douceur de roulement d’un pneu trois saisons. Mais est-on prêt à sacrifier notre sécurité? On fait appel à l’intelligence des Québécois. Soyez patients! Le beau temps s’en vient.»

La Sécurité civile surveille
La pluie qui s’est abattue sur le Centre-du-Québec et l’Estrie attire l’attention de la direction régionale de la Sécurité civile. Les bassins versants des rivières Saint-François, Bécancour et Nicolet seront surveillés de près.

Tous les moyens étaient bons pour se protéger des précipitations à Shawinigan.

«Des mouvements de glace peuvent suivre, peut-être des débordements. En Mauricie, on est en situation hivernale et ce n’est pas un problème. C’est au sud de l’autoroute 20 qu’on regarde», affirme le directeur régional, Sébastien Doire.

L’aéroglisseur a fini son travail de déglaçage dans les embouchures des rivières se déversant dans le lac Saint-Pierre. D’autre part, une partie du chemin du Petit-Chenal et une section du chemin du Danube continuent d’être inondées à Bécancour.