Éric Lord, candidat à la mairie de Trois-Rivières.

Éric Lord s’engage pour la culture

TROIS-RIVIÈRES — Intensifier le positionnement de Trois-Rivières comme ville d’art et de culture, voilà un engagement que souhaite tenir le candidat à la mairie de Trois-Rivières Éric Lord, s’il est élu le 5 mai prochain.

Connu pour son implication comme directeur général de Culture Mauricie de même qu’au Réseau des conseils régionaux de la culture du Québec, Éric Lord entend notamment s’attaquer à trois grands dossiers qu’il juge prioritaires pour le développement culturel à Trois-Rivières, à commencer par la viabilité du Musée POP.

«L’organisation du Musée POP a fait beaucoup d’efforts et l’achalandage est en hausse. Par contre, la viabilité du musée n’est pas encore assurée en raison des programmes gouvernementaux qui font que le financement n’est plus à la hauteur. Comme maire, je souhaite faire de la représentation auprès de la ministre de la Culture pour l’inciter à mieux adapter les règles en vigueur afin qu’elles tiennent compte de la réalité du Musée POP, qui est un musée intermédiaire en région, avec en plus le mandat de maintenir un lieu historique qui est la Vieille prison de Trois-Rivières», indique Éric Lord.

Le candidat souhaite également soutenir la compagnie de théâtre Les Sages Fous dans la réalisation du projet de Fabrique de théâtre insolite, un projet qui est destiné à faire de cet endroit une plaque tournante mondiale dans ce domaine. «La Ville doit devenir un facilitateur pour que ce projet se réalise dans les meilleures conditions. C’est un projet qui peut apporter une notoriété et une visibilité incroyable pour Trois-Rivières», croit M. Lord.

Finalement, le candidat entend assurer la rénovation de la salle J.-Antonio-Thompson, un projet déjà sur la table mais qui n’a pas encore été réalisé. «Il faut aller de l’avant, on ne peut pas attendre plus longtemps pour rénover ce lieu de diffusion qui est très important pour notre ville», signale-t-il.

Éric Lord rappelle qu’à Trois-Rivières, le secteur de la culture représente 3,44% du PIB de la ville, soit 213 millions de dollars. Pas moins de 3000 emplois directs découlent du secteur de l’information, de la culture et du loisir.

«Face au déclin industriel, des villes dont l’économie était basée sur la grande industrie, comme Trois-Rivières, ont dû repenser leur développement. Les arts et la culture ont été et sont toujours un levier stratégique de développement par les nombreux projets, emplois, entrepreneurs et entreprises culturelles qu’ils génèrent et qui dynamisent le milieu. De plus en plus, la qualité de vie à laquelle contribue le milieu culturel devient un facteur de taille pour attirer des investisseurs, des entrepreneurs et des employés spécialisés. Je souhaite intensifier le développement, le positionnement et le rayonnement de Trois-Rivières par les arts et la culture», mentionne Éric Lord.