Le candidat à la mairie de Trois-Rivières, Éric Lord, a lancé sa campagne jeudi.

Éric Lord propose «une nouvelle ère»

Trois-Rivières — Le candidat à la mairie Éric Lord souhaite «une nouvelle ère pour Trois-Rivières». C’est par ces mots qu’il a conclu jeudi son discours de début de campagne électorale devant une soixantaine de personnes.

Ce slogan, utilisé pour marquer une rupture avec l’ancienne administration d’Yves Lévesque, est présent sur les affiches électorales du candidat à la mairie. «C’est un nouveau leadership que je veux amener à la Ville, un leadership positif et rassembleur. C’est comme ça que je veux travailler», lance d’emblée Éric Lord lorsqu’on lui demande de définir son slogan de campagne.

«Je veux mettre les gens et les forces vives de la communauté ensemble pour développer Trois-Rivières. Dans l’ancien modèle de leadership, il y avait un leader qui tirait seul à l’avant. Moi, je veux qu’on soit des centaines à tirer la Ville de Trois-Rivières vers son avenir.»

Pour y arriver, Éric Lord a mentionné lors de son discours vouloir travailler avec les organismes, les entreprises, mais surtout les citoyens. «Je veux une Ville qui est en dialogue constant avec les citoyens, qui les consulte en amont des décisions», ajoute le candidat à la mairie.

«De cette contribution des idées émergent les meilleures idées. Et qui fait que celles qui font consensus puissent se réaliser.»

Éric Lord a lancé sa campagne au resto-bar Le Chack, situé en bordure de la rivière Saint-Maurice. Cela représente bien, a-t-il dit, son intérêt pour la nature et la protection de l’environnement. Il affirme d’ailleurs que la question de l’environnement serait au cœur de ses préoccupations comme maire.

«C’est l’enjeu de notre société et c’est un enjeu capital pour Trois-Rivières. Il faut prendre le virage écologique et lors de la campagne électorale, je vais avoir plusieurs propositions en ce sens», estime-t-il.

Avant de se lancer dans la course à la mairie de Trois-Rivières, Éric Lord occupait le poste de directeur général de Culture Mauricie depuis douze ans. D’ailleurs, le milieu des arts et de la culture était bien représenté jeudi soir lors du lancement de sa campagne. Éric Lord se défend bien d’être le candidat que du milieu des arts, estimant qu’il est le candidat de l’ensemble de la population. Cela dit, il rappelle l’importance des arts et de la culture pour l’industrie touristique de Trois-Rivières.

«C’est sûr qu’il faut continuer à rayonner par les arts et la culture. On a investi collectivement des millions $ pour avoir ce positionnement qui nous est très avantageux. Je veux maintenir ce positionnement et même le bonifier en soutenant les organismes culturels et les projets en émergence pour qu’ils se concrétisent», renchérit le candidat à la mairie.

L’appui aux entrepreneurs trifluviens est essentiel pour favoriser la santé économique de Trois-Rivières, mentionne Éric Lord. «Au niveau économique, c’est clair et net que je vais miser sur les entreprises d’ici. La véritable richesse par ces entreprises. Je veux qu’on appuie nos entrepreneurs», précise-t-il.

Alors que le ton a monté cette semaine entre les deux autres candidats à la mairie, Jean-François Aubin et Jean Lamarche, Éric Lord entend mener une campagne différemment. «Je suis là pour faire des propositions à la population de Trois-Rivières. C’est sur cette base que je veux que les gens m’évaluent. Je ne suis pas là pour me chicaner avec qui que ce soit», s’est-il contenté d’affirmer.